Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homez.362/apffranc/www/config/ecran_securite.php on line 283


Retour à la page

Kinshasa, le 8 juillet 2011. Suspension de la Syrie et problématiques électorales au menu de la 37e Session de l’APF

Kinshasa, le 8 juillet 2011

La 37e Session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) s’est conclue aujourd’hui à Kinshasa en République démocratique du Congo, après plusieurs jours de débat.

Cette rencontre placée sous le thème « Paix, Démocratie, Élections », dans l’optique du développement économique, a réuni plus de 250 participants dont une douzaine de présidents d’assemblées.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du chef de l’État, S.E.M. Joseph Kabila, du Secrétaire général de la Francophonie, S.E.M. Abdou Diouf, du président de l’Assemblée nationale, Evariste Boshab et du président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo.

A la suite d’Abdou Diouf, le président de l’APF, Jacques Chagnon, président de l’Assemblée nationale du Québec a souligné l’importance de la RDC pour la Francophonie, pays essentiel avec ses 30 millions de francophones. Après avoir présenté son rapport d’activité, le Secrétaire général de la Francophonie s’est prêté à une séance de questions et réponses avec les parlementaires.

La session plénière de l’APF a entendu le rapport du secrétaire général parlementaire Jacques Legendre (sénateur, France) et adopté une vingtaine de résolutions.

Déplorant la situation dramatique en Syrie et condamnant fermement les atteintes intolérables aux droits de l’Homme du régime syrien, les parlementaires ont conclu au non-respect des principes consignés dans la Déclaration de Bamako et celle de Saint-Boniface et, de ce fait, suspendu la section syrienne.

En outre l’Assemblée a accueilli un nouveau membre, le parlement grec, attribué le statut d’observateur au Forum des francophones du Parlement européen et levé la suspension de la section du Niger.

Le débat général, introduit par le président Evariste Boshab, a donné lieu à une trentaine d’interventions qui ont montré à la fois la diversité des approches et l’importance de la finalité du développement économique sur laquelle a beaucoup insisté le président Léon Kengo wa Dondo.

A la clôture de la séance plénière, l’APF a élu président pour deux ans, Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, et renouvelé l’ensemble de ses instances dirigeantes.