Ressources

Vue sur ... la section française

A l’occasion du quarantième anniversaire de l’APF, la réunion du Bureau s’est tenue à Châlons-en-Champagne les 17 et 18 janvier dernier. La section française nous présente son engagement au sein de la Francophonie.

A l’occasion du quarantième anniversaire de l’APF, la réunion du Bureau s’est tenue à Châlons-en-Champagne les 17 et 18 janvier dernier. La section française nous présente son engagement au sein de la Francophonie.

La section française de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) participe depuis l’origine aux travaux des différentes structures regroupant les parlementaires francophones.

M. Bruno Bourg-Broc, député, Président délégué de la section française

C’est la plus nombreuse des délégations françaises dans des assemblées parlementaires internationales puisqu’elle rassemble 150 membres, 90 députés et 60 sénateurs, répartis proportionnellement suivant les effectifs des groupes parlementaires dans chaque assemblée. Les présidents des groupes d’amitié avec les pays francophones en sont membres de droit et, autre signe de l’importance qui lui est accordée, elle est présidée par le Président de l’Assemblée nationale. Ce président de droit désigne un Président délégué, aujourd’hui Bruno Bourg-Broc, qui assure, pour la durée d’une législature, la direction effective de la section.

La section française, dont est issu le Secrétaire général parlementaire, s’efforce de contribuer le plus activement possible aux travaux de l’APF par l’intermédiaire de ceux de ses membres qui sont titulaires de postes internationaux, en participant aux missions organisées par l’APF (missions d’observation électorale et séminaires parlementaires notamment) et en accueillant régulièrement les réunions des instances de l’APF. Membre de la région Europe, elle participe, à titre d’observateur, aux travaux des autres régions en y déléguant des parlementaires originaires des régions concernées.

A côté de ses activités institutionnelles dans le cadre de l’APF, la section française organise régulièrement des auditions de personnalités ou d’experts sur des sujets qui l’intéressent (enseignement du français à l’étranger, actions de la France en matière de coopération…) et développe ses propres activités de coopération. Elle finance ainsi des cours de français et des abonnements à des journaux et revues français, par exemple au Cambodge et en Moldavie. Elle organise des colloques comme celui organisé en juin dernier à l’occasion de l’année Senghor.

Mme Michèle André, sénateur, Vice-Présidente de la section française

Elle suit enfin avec attention les débats parlementaires concernant la Francophonie. Elle s’est récemment mobilisée pour accélérer la ratification de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et pour éviter la ratification par la France du protocole de Londres relatif au brevet européen, qui amoindrit la place de la langue française.

La section française publie tous les ans un rapport retraçant ses activités qui est consultable sur les sites Internet de l’Assemblée nationale (www.assemblee-nationale.fr) et du Sénat (www.senat.fr).