Ressources

«Vous êtes le chef d’orchestre, le coeur de la Francophonie. Unissez nos voix pour en faire une chorale puissante. »

Entretien avec Kim Thúy, finaliste de la 13e édition du Prix des cinq continents de la Francophonie

Tout d’abord, je tenais à vous exprimer les félicitations de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie pour votre sélection en tant que finaliste de la 13e édition du Prix des cinq continents de la Francophonie, avec Mãn aux éditions Libre expression. En premier lieu, comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre sélection ?
Kim Thúy : Cette nouvelle m’a permis de penser que je fais réellement partie de la communauté francophone et de la langue française, que j’en suis membre à part entière. Je ne peux espérer une plus grande reconnaissance de mon amour inconditionnel envers cette langue qui m’a été offerte à mon arrivée au Québec, en 1979.

Est-ce que le concept de littérature francophone a une réalité pour vous ? Quel est votre rapport à la langue française ?
Kim Thúy : J’ai appris à identifier, à quantifier, à nommer les émotions avec la langue française. J’ai appris à aimer en français. C’est pourquoi il me serait impossible d’écrire dans une autre langue, même si le vietnamien reste une langue utilisée dans mon quotidien, de même que l’anglais. Je ne lis pas de la même manière en anglais ou en vietnamien. La littérature francophone me touche différemment et ne peut être comparable à aucune autre. Donc, les voix de la grande francophonie, et par le fait même de la littérature francophone, me sont viscéralement e s s e n t i e l l e s puisqu’elles donnent vie et souffle à la beauté de la langue française.

Quelles sont vos sources d’inspiration en littérature  ?
Kim Thúy : Mon inspiration vient au hasard des rencontres avec les gens qui me partagent les histoires de leur quotidien. La réalité des uns devient la fiction des autres. Sinon, l’inspiration surgit directement des mots pendant l’écriture. Parfois, je construis une histoire dans le seul but de mettre de l’avant un mot, un seul. Souvent, mon écriture est au service des mots beaucoup plus qu’à l’histoire en soi. Car j’écris d’abord et avant tout pour exprimer mon amour pour le français.

Enfin, quel serait votre message à délivrer aux parlements francophones ?
Kim Thúy : Vous êtes le chef d’orchestre, le coeur de la Francophonie. Faites-nous entendre les battements. Unissez nos voix pour en faire une chorale puissante. Nous comptons sur vous pour maintenir et agrandir cette grande et précieuse famille francophone que nous sommes.

A noter :
Le 13e Prix des cinq continents de la Francophonie sera remis en marge du XVe Sommet de la Francophonie en novembre 2014 à Dakar (Sénégal).

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer