Actualités

Spécial Haïti. Soutien des parlements francophones

15 juillet 2010

Cette page rassemble les contributions reçues suite à la demande qui a été envoyée à toutes les sections concernant la mise en place d’un fonds spécial d’aide au Parlement haïtien. N’hésitez pas à nous faire parvenir votre contribution. Le point sur le fonds d’aide spécial de l’APF

- Section française

A la suite du violent séisme survenu le 12 janvier 2010 en Haïti, la section française de l’APF a exprimé sa solidarité avec le peuple haïtien sous trois formes principales.

Tout d’abord, dès le 26 janvier 2010, la section française réunie en assemblée générale, a voté, à l’initiative de sa Présidente déléguée, Henriette Martinez, le principe d’une aide matérielle de 10 000 euros, financée sur son budget de fonctionnement et destinée à être versée dans le cadre de l’APF à un fonds de solidarité francophone.

La section française a soutenu aussi la mission conjointe à Port-au-Prince décidée par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat afin d’identifier les actions de coopération parlementaire susceptibles d’être menées dans un proche avenir à Haïti. Cette mission a débouché sur l’approbation d’un programme de coopération technique entre les Parlements des deux pays : reconstitution d’un fonds d’ouvrages francophones pour la bibliothèque parlementaire, organisation d’une visite d’études à Paris en octobre 2010 du nouveau Secrétaire général de la Chambre des députés et du Secrétaire général du Sénat, organisation à Port-au-Prince en novembre 2010 d’une formation à l’accueil des nouveaux parlementaires qui seront élus lors des élections prévues entre décembre 2010 et janvier 2011, organisation à Paris au printemps 2011 d’un stage de formation d’une semaine au bénéfice des femmes élues parlementaires pour la première fois, organisation de séminaires de formation à Port-au-Prince à l’automne 2011 au bénéfice des fonctionnaires parlementaires (légistique, rédaction de rapports législatifs, comptes rendu, gestion des ressources humaines, gestion financière…). L’objet de ces diverses coopérations est d’aider le Parlement haïtien à reconstruire ses « murs intellectuels », selon la belle formule du Président Levaillant Louis-Jeune.

Enfin, pour rappeler que Haïti ne pouvait se résumer à ces images de ruines diffusées sur les écrans de télévision, le Président Bernard Accoyer a organisé le 11 mai 2010, au Palais-Bourbon, une soirée de soutien au peuple d’Haïti à laquelle était associée la Fondation de France. Placée sous le signe de la culture, cette soirée, au cours de laquelle ont été lus de grands textes de la littérature haïtienne fut, pour le Président de l’Assemblée nationale, l’occasion de rappeler la nécessité d’une action continue et raisonnée en faveur des Haïtiens.

-
Section de Jersey

Le 12 novembre 2009, la Commission d’aide financière outre-mer de Jersey à décidé de donner en 2010 des contributions à l’organisation Habitat for Humanity, une organisation établie en Haïti depuis 26 ans. En mars, 2010, à la suite des rapports de Habitat for Humanity qui devait se concentrer sur la provision des abris, dont l’organisation était la plus grande fournisseuse, la Commission a décidé de ne pas continuer avec la dite donation, mais, à sa place, de donner une contribution à l’appel officiel lancé par le Bailli de Jersey, nommé Jersey Haïti Disaster Appeal Fund. Cette contribution sera équivalente à la somme procurée par le public, qui comprend aussi le revenu d’un concert de musique organisé pour collecter de l’argent pour Haïti. Cet appel s’est procuré jusqu’à présent la somme de £87 000 pour Haïti.

En plus, le 15 janvier 2010, la Commission d’aide financière outre-mer de Jersey a contribué à hauteur de £100 000 soit £50,000 chacun au British Red Cross et à UNICEF (qui ne fait pas partie du Disasters Emergency Committee et par conséquent, ne bénéficie pas des fonds reçus après l’appel public de la Grande Bretagne). Ces deux organisations étaient bien placées pour répondre rapidement au désastre parce qu’ils ont des réserves en place à Panama.

Cependant, jusqu’à présent, la contribution de la Commission a déjà réalisé £100 000. On attend toujours le résultat final du Jersey Haïti Disaster Appeal Fund, mais on considère que cela sera représentera £87 000, et la Commission donnera la même somme, soit £87 000 en plus.
L’île de Jersey est fière de son système d’assistance aux pays en voie de développement ou qui ont souffert des désastres. Jersey offre de l’aide par la voie des organisations indépendantes qui fréquemment sont déjà sur place, et en bonne position pour apporter une aide rapide et effective.

- Section canadienne

Dans l’heure suivant le séisme qui a frappé Haïti en janvier 2010, le Canada mettait dèjà en marche ce qui allait devenir une importante réponse humanitaire. Ont été dépêchés spécialistes civils et militaires de la gestion des urgences afin de venir en aide à la population.
En chiffres, les Canadiens ont versé plus de 220 millions de dollars au Fonds d’aide aux victimes du séisme en Haïti, et le gouvernement canadien s’est engagé à hauteur de 400 millions de dollars. Près de 2 000 membres des Forces canadiennes et des employés civils ont été déployés en Haïti et environ 5 000 citoyens canadiens et enfants haïtiens ont été évacués.

Lors d’une visite en Haïti, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé un investissement de 15 millions de dollars afin de soutenir la construction d’une base temporaire pour le gouvernement haïtien à Port-au-Prince. Cette base accueillera des ministères et des fonctionnaires clés pendant une durée pouvant atteindre un an.

Le Canada a coprésidé la Conférence internationale des donateurs pour un nouvel avenir en Haïti avec les États-Unis et l’Organisation des Nations Unies (ONU) et a été un acteur principal dans l’annulation de la dette d’Haïti auprès de la Banque mondiale.

Le Canada, qui entretient de longue date des rapports privilégiés avec Haïti, héberge une communauté d’origine haïtienne de plus de 130 000 personnes. La Gouverneure générale du Canada, l’honorable Michaëlle Jean, est originaire d’Haïti, où elle s’est rendue lors d’une visite en mars dernier et où elle a eu des discussions sur l’importance de l’éducation dans la reconstruction du pays. Le Canada demeure d’ailleurs un acteur de premier plan dans la reconstruction d’Haïti.

-
Section de l’Alberta

La province de l’Alberta s’est engagée à verser la somme de 500 000 dollars canadiens à la Croix Rouge pour aider à la reconstruction d’Haïti suite au tremblement de terre dévastateur. Le gouvernement de l’Alberta à promis aussi de travailler de près avec la Croix Rouge Canadienne pour fournir de l’assistance en personnel. Le gouvernement a aussi travaillé main dans la main avec les gouvernements municipaux, les groupes communautaires ainsi que d’autres organisations non gouvernementales pour aider les ressortissants de l’Alberta à retourner chez eux lorsque ceux-ci en faisaient la demande.

Plusieurs organisations humanitaires, présentes en Alberta, aident les pays déshérités grâce aux octrois de fonds destinés au développement international de la part du Ministère de la culture et de l’esprit communautaire. La priorité sera par conséquent donnée aux organisations présentes en Haïti tout au long de sa reconstruction.

- Section du Québec

Le Québec et Haïti ont établi depuis longtemps une relation étroite qui s’anime dans divers domaines, dont celui de la coopération interparlementaire. En effet, entre 1996 et 1999, et ensuite depuis 2006, l’Assemblée nationale du Québec s’est impliquée activement dans des activités de renforcement des institutions législatives haïtiennes, toujours dans un esprit de partage et d’échanges mutuels reposant sur les priorités exprimées par nos collègues haïtiens. Diverses collaborations ont été ainsi établies au fil des ans, tant avec des partenaires canadiens qu’américains, pour appuyer la mise en œuvre des programmes d’appui au Parlement haïtien à Port-au-Prince.

La tragédie du 12 janvier 2010, qui a profondément affecté la société québécoise, nous a convaincus plus que jamais de poursuivre nos actions de coopération avec nos homologues haïtiens. L’Assemblée nationale s’est ainsi engagée à prendre part au cours des prochains mois à plusieurs activités afin de contribuer au retour à un fonctionnement normal du Parlement. À court terme, des experts de l’Assemblée nationale devraient se rendre à Port-au-Prince afin de fournir une assistance matérielle et logistique aux services des séances et des commissions en plus de participer à l’élaboration d’un plan conceptuel et stratégique du nouveau palais législatif. De plus, d’ici quelques mois, nous devrions nous rendre de nouveau sur place pour tenir des séances de formation auprès du personnel des commissions parlementaires et fournir un appui professionnel à la réforme administrative en cours.

Nous espérons que l’ensemble de ces actions contribuera à appuyer favorablement nos collègues haïtiens et le personnel administratif dans leurs démarches pour conforter le Parlement haïtien dans sa mission de légiférer au service des citoyens.

- Actions de la section Belgique/ Communauté française/ Wallonie-Bruxelles en faveur d’Haïti

Dès les premières informations en provenance d’Haïti qui laissaient entrevoir l’ampleur dramatique du séisme survenu le 12 janvier 2010, le Parlement de la Communauté française de Belgique et la section Belgique/ Communauté française/ Wallonie- Bruxelles de l’APF ont perçu la nécessité d’agir dans l’urgence en vue de renforcer le partenariat d’ores et déjà établi avec un pays où une coopération prioritaire est développée.

En sa séance plénière du 27 janvier 2010, le Président du Parlement de la Communauté française, Monsieur Jean-Charles Luperto a informé les députés de la décision du Bureau du Parlement de verser 10.000 euros à Unicef-Belgique.

Quant au Président de section Monsieur Michel de Lamotte, il a répondu spontanément à la demande formulée par le Bureau APF réuni au Tchad et a annoncé en réunion même l’engagement de sa section à verser 10.000 euros au fonds de solidarité francophone géré par l’APF et destiné à venir en aide au Parlement haïtien.

Les gouvernements se sont également mobilisés. Ainsi, le Gouvernement wallon et le Gouvernement de la Communauté française ont débloqué un montant de 1.200.000 euros dont 900.000 consacrés au soutien direct des ONG déjà actives sur le terrain (UNICEF, Médecins du Monde et la Croix – Rouge) et 300.000 euros consacrés aux projets de coopération avec nos partenaires haïtiens (universités, centres de formations professionnelles, associations culturelles, artistes,…). Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé d’octroyer une aide de 250.000 euros ainsi qu’une subvention de 25.000 euros pour la participation d’un concert de solidarité qui a été organisé le 15 février 2010.

Quant au gouvernement fédéral, il a envoyé, dés le lendemain du séisme, une équipe d’intervention B-Fast composée d’une soixantaine de personnes comprenant une équipe d’intervention médicale avec un hôpital de campagne, une équipe USAR (Urban Search and Rescue Team), ainsi qu’une installation de purification de l’eau potable, avec deux accompagnateurs. Le coût total de cette mission a été estimé à 451.750 EUR.

Le Parlement de la Communauté française souhaite marquer durablement sa solidarité envers les victimes et encourager les Haïtiens dans la voie de la reconstruction. C’est pourquoi, des artistes haïtiens sont mis à l’honneur lors de la réception officielle de la fête de la Communauté française, le 27 septembre 2010.

- Le point sur le fonds d’aide spécial

Au 24 septembre, 7 sections ont fait parvenir leur contribution volontaire à ce fonds dont la mise en place a été décidée par le Bureau de N’Djamena en février 2010 : Communauté française de Belgique (10 000 €), Québec (10 000 €), Jura (2 000 €), Andorre (2 500 €), France (10 000 €), Bénin (7 600 €) et Laos (3 900 €). Conformément aux décisions prises lors du Bureau de Dakar l’APF a abondé ce fonds à hauteur de 25 000 €. Au total 71 000 € sont donc disponibles pour venir en aide au Parlement haïtien. Dans l’attente de ses premières utilisations, qui seront décidées en accord avec la section haïtienne, cette somme est placée sur un compte spécial. Si d’autres sections souhaitent participer à cet effort de solidarité, tous les renseignements nécessaires peuvent être donnés par le Secrétariat général.

L’organisation internationale de la Francophonie, de son côté, lance un appel aux dons pour le cofinancement de 3 projets en Haïti (juillet 2010). Pour en savoir plus : http://www.francophonie.org/Appel-aux-dons-participez-a-la.html

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer