Ressources

Spécial Bureau. (Châlons-en-Champagne. 17 - 18 janvier 2007)

L’année 2007 revêt une dimension particulière pour l’APF, puisqu’elle célébrera son quarantième anniversaire. A l’occasion de la réunion de son Bureau les 17 et 18 janvier à Châlons-en-Champagne, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, et Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée nationale française, ont tour à tour salué son action.

L’année 2007 revêt une dimension particulière pour l’APF, puisqu’elle célébrera son quarantième anniversaire. A l’occasion de la réunion de son Bureau les 17 et 18 janvier à Châlons-en-Champagne, Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, et Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée nationale française, ont tour à tour salué son action.

C’est à l’invitation de Bruno Bourg Broc, Président délégué de la section française, député, maire de Châlons-en-Champagne, que le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie a réuni les 17 et 18 janvier 2007 une trentaine de parlementaires, Présidents ou Vice-présidents d’Assemblée, députés et sénateurs venus des cinq continents.

Comme à l’accoutumée, la réunion a été l’occasion pour le Secrétaire général parlementaire, les Présidents de Commission, les chargés de mission régionaux, la Présidente du Réseau des femmes parlementaires de présenter un bilan de leurs activités au cours des six mois écoulés.

MM. Jacques Legendre et Bernard Patry et M. Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie

Mais c’est aussi le quarantième anniversaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie qui a été évoqué. Le Secrétaire général de la Francophonie tenait à être présent pour souligner l’événement.

Dans son allocution, Abdou Diouf a salué l’ « indépendance de parole et la liberté de ton » de l’APF dans l’examen des situations de crise dans l’espace francophone et reconnu son rôle de « conseil et de catalyseur des coopérations propres à renforcer durablement les capacités des nouvelles Assemblées issues des processus de sortie de crise et de consolidation de la paix ».

Les débats ont d’ailleurs été l’occasion pour le Bureau de débattre de la situation en Côte d’Ivoire, au Liban, en Mauritanie, en République démocratique du Congo (RDC) et de celle qui prévaut à la frontière entre le Tchad, la République centrafricaine et le Soudan.

Suivant sa volonté d’intensifier la présence de la Francophonie en RDC et dans la région des Grands lacs, et de veiller à impliquer celle-ci dans les prochaines étapes de la consolidation des institutions, le Bureau a notamment décidé d’organiser une mission de contact auprès du nouveau Parlement de la RDC.

Il a également répondu favorablement à la demande du parlement mauritanien de bénéficier d’actions de coopération parlementaire, sous réserve du bon déroulement de la prochaine élection présidentielle.

Rappelant qu’il a déjà pris acte de la fin du mandat des députés de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, le Bureau a exhorté toutes les parties ivoiriennes à se conformer aux décisions duConseil de sécurité des Nations Unies, à mettre fin aux blocages et à respecter les dispositions ainsi que les délais prévus par la feuille de route établie par le Groupe de travail international (GTI), en vue de l’organisation d’élections libres, ouvertes et transparentes d’ici le 31 octobre 2007.

Condamnant la violence qui prévaut à la frontière entre le Soudan, le Tchad ainsi que la République centrafricaine, l’APF exhorte la communauté internationale et les organisations régionales à imposer un dialogue politique entre les Etats de la région afin de trouver une issue pacifique à la crise du Darfour.

Les parlementaires ont appelé les autorités libanaises à organiser une élection partielle visant à remplacer le siège laissé vacant suite à l’assassinat du député Pierre Gemayel tout en veillant au respect de la protection physique des candidats.

Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée nationale française, avait lui aussi tenu à s’associer à la manifestation. Il a notamment souligné que la défense de la langue française partout dans le monde, objectif principal de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, constituait un rempart contre les risques de l’émergence d’une langue unique, synonyme de pensée unique.

M. Jean-Louis Debré, Président de l’Assemblée nationale (France)

Toujours soucieux d’être à la pointe du combat en faveur de la diversité culturelle et linguistique, le Bureau a adopté une déclaration saluant la ratification de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, prenant acte qu’elle entrera en vigueur le 18 mars 2007 et appelant les Etats membres de la Francophonie qui ne l’auraient pas encore fait, à ratifier cette convention.

C’est à Libreville, au début du mois de juillet 2007, que sera réuni l’ensemble du monde parlementaire francophone, pour célébrer, dans la diversité de toutes ses composantes, l’anniversaire d’une institution voulue par Léopold Sédar Senghor.

Les participants