Instances

Résolution sur les mutilations génitales féminines

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réunie à Bruxelles (Belgique) du 8 au
12 juillet 2012, sur proposition du réseau des femmes parlementaires,

SOULIGNANT que les mutilations génitales féminines constituent une violation grave et
inadmissible du droit à l’intégrité physique et du droit à la santé de la femme ;

SALUANT les progrès réalisés en matière de lutte contre les mutilations génitales
féminines dans la Francophonie, résultant notamment des actions de sensibilisation et
d’information sur les méfaits de la pratique, de l’adoption de lois interdisant et
criminalisant la pratique, de la mise en oeuvre des programmes éducatifs et de formation
des agents de maintien de l’ordre, des professionnels de santé et des autres parties
prenantes comme les chefs communautaires, les journalistes, etc. ;

CONSTATANT qu’en dépit de ces progrès, la prévalence des mutilations génitales féminines
demeure préoccupante ; situation liée entre autres à l’application insuffisante de la
législation en la matière et aux maigres ressources allouées à leur mise en oeuvre, au
développement de poches de résistance à la lutte contre les mutilations génitales
féminines et de la forme pernicieuse que prend la pratique tendant à la clandestinité et à
la baisse de l’âge à l’excision ;

RAPPELANT l’ampleur du phénomène dans le monde avec environs trois (3) millions de
filles et de femmes qui y sont exposées chaque année et 130 à 140 millions de filles et de
femmes qui auraient subi, des mutilations dans le monde selon les estimations de l’OMS ;
RAPPELANT également les conséquences dramatiques des mutilations génitales féminines
sur la santé des femmes, conduisant bien souvent à de graves complications allant parfois
jusqu’à la mort ;

CONVAINCUS que l’élimination des mutilations génitales féminines permettra de réduire
substantiellement le taux de mortalité chez les femmes ;

RECONNAISSANT le rôle important que les parlementaires de l’espace francophone
peuvent jouer en matière de lutte contre l’excision ;

S’ ENGAGE à lutter contre les mutilations génitales féminines et à favoriser la mise en
oeuvre des politiques et des programmes à même de contribuer à éradiquer le
phénomène ;

EXHORTE les Etats à la mise en oeuvre d’initiatives publiques et privées visant
l’élimination des mutilations génitales féminines ;

EXHORTE les Etats où la pratique de l’excision persiste, à appliquer rigoureusement la
législation et les politiques en matière de lutte contre les mutilations génitales, à les
renforcer en adoptant des mesures et des lois de plus en plus sévères et en offrant des
traitements médicaux et des services d’aides aux victimes de mutilations génitales
féminines ;

ENCOURAGE les institutions de ses Etats et les organisations de la société civile
impliquées dans la lutte contre l’excision, à intensifier les campagnes d’information, de
sensibilisation et de formation des différents acteurs ;

RECOMMANDE à ses gouvernements de mettre à la disposition des acteurs impliqués dans
la lutte contre les mutilations génitales féminines des ressources nécessaires à
l’accomplissement de leurs missions ;

S’ENGAGE à poursuivre et multiplier davantage les actions visant à favoriser l’élimination
des mutilations génitales féminines en SE FELICITANT des actions déjà posées en faveur
de l’élimination des mutilations génitales féminines ;

DEMANDE à l’Organisation internationale de la Francophonie d’intervenir auprès des Etats
pour les encourager à mettre en oeuvre des politiques et des programmes à même de
favoriser l’abolition des mutilations génitales féminines.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer