Instances

Résolution sur les enfants dans les conflits armés

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie réunie à Paris pour sa XXXVe Session du 3 au 6 juillet 2009, sur proposition du réseau des femmes parlementaires et avec l’appui de la commission politique,

Rappelant que tous les Etats représentés à l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie sont parties à la Convention sur les Droits de l’Enfant (CDE), adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989 ;

Soulignant l’attention constante que l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie porte à la lutte en faveur du droit des enfants à grandir dans un monde sans exploitation et sans guerre ;

Extrêmement préoccupé par la persistance de situations de conflits affectant gravement les enfants, alors qu’approche le terme de la décennie 2001-2010, qui avait été déclarée « décennie internationale de la promotion d’une culture de la non violence et de la paix au profit des enfants du monde » par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution du 19 novembre 1998 ;

Condamne sans réserve le non-respect des droits des enfants garantis par la CDE, les exactions nombreuses et les violences délibérément commises à l’encontre des enfants dans les zones de conflits armés ;

Condamne avec fermeté les six violations particulièrement graves des droits des enfants définies par le Conseil de Sécurité des Nations unies :
- le meurtre ou la mutilation d’enfants,
- le viol d’enfants et autres violences sexuelles,
- l’enlèvement d’enfants et les déplacements forcés,
- le refus de laisser les enfants bénéficier de l’aide humanitaire,
- les attaques visant des écoles et des hôpitaux,
- le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats,
et ceux qui s’en rendent coupables ;

Appelle les sections de l’APF à attirer l’attention de leurs gouvernements respectifs pour :

- que tous les moyens soient mis en œuvre afin de faire cesser, d’une part, les violations des droits des enfants dans les zones de conflit armé, et, d’autre part, l’impunité à l’égard de ceux qui perpétuent ces violations,

- qu’une priorité absolue soit donnée à l’éducation des enfants à la non-violence, et à la réinsertion des enfants victimes,

- et que ceux qui ne l’ont pas encore fait deviennent partie au Protocole additionnel à la CDE sur la protection des enfants dans les conflits armés, du 25 mai 2000.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer