Instances

Résolution sur la Côte d'Ivoire

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réuni à Cayenne les 21 et 22 janvier 2004,

RAPPELANT la signature de l’accord de Linas-Marcoussis, il y a un an, qui prévoit le regroupement des forces en présence puis leur désarmement, et la constitution d’un gouvernement de réconciliation nationale aux portefeuilles attribués de manière équilibrée entre les différents acteurs ;

RÉITÉRANT sa condamnation des atteintes aux droits de l’Homme et ses précédentes positions sur le caractère incontournable d’un règlement négocié de la crise ivoirienne respectant l’intégrité et l’unité du pays ;

SOULIGNANT les initiatives prises par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) afin d’accompagner le processus de réconciliation nationale, notamment la nomination d’un Représentant spécial pour la Côte d’Ivoire, M. Lansana Kouyaté, membre du Comité international de suivi de l’accord de Linas-Marcoussis, ouverture d’un Bureau à Abidjan, mise en place d’un groupe de travail ad hoc et organisation de missions dans les domaines des médias et des élections ;

CONSTATANT les progrès accomplis depuis la mise en place d’un gouvernement de réconciliation nationale en mars 2003 : création d’une zone de confiance, adoption d’un plan d’action et d’une loi d’amnistie, accord de cessez-le-feu intégral et déclaration conjointe des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et des Forces nouvelles proclamant la fin de la guerre le 4 juillet 2003 ;

SOUTENANT les efforts de sécurisation de l’ouest ivoirien par une opération associant les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), les forces françaises (Licorne) et celles de la CEDEAO ;

PRENANT ACTE de la nomination, le 12 septembre 2003, des ministres de la défense et de la sécurité et de la décision des ministres des Forces nouvelles, le 23 décembre 2003, de siéger de nouveau au Conseil des ministres du gouvernement de réconciliation nationale ;

RAPPELANT que les journalistes doivent pouvoir s’informer librement et accomplir leur travail en toute sécurité et qu’il ne saurait y avoir de démocratie sans liberté de la presse ;

ENCOURAGE les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) et les Forces nouvelles à poursuivre les efforts de désarmement, de démobilisation et de réintégration des combattants irréguliers ;

DEMANDE aux États membres de la Francophonie d’intervenir auprès du Conseil de sécurité des Nations Unies pour que celui-ci accepte la recommandation du Secrétaire général, M. Kofi Annan, qui propose la mise en place d’une force de paix de l’ONU en Côte d’Ivoire afin de maintenir la stabilité le long de la ligne de cessez-le-feu et de faire respecter le cessez-le-feu ;

EXPRIME sa volonté de voir le peuple ivoirien vivre à nouveau dans la concorde et la paix ;

RECOMMANDE au gouvernement de réconciliation nationale de mettre rapidement en œuvre les réformes constitutionnelles, législatives et réglementaires requises afin de respecter l’échéance de l’élection présidentielle de 2005 ;

RENOUVELLE son offre de mettre à la disposition de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), son expérience dans le domaine de la consolidation de l’État de droit, et celui de l’observation des processus électoraux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer