Instances

Résolution sur l’institution de l’Ombudsman, médiateur et autres institutions nationales de défense des droits de l’Homme

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réunie à Bruxelles (Belgique) du 8 au
12 juillet 2012, sur proposition de la commission politique,

CONSIDÉRANT le rôle que peuvent jouer les ombudsmans, médiateurs et autres
institutions nationales de défense des droits de l’Homme en faveur du renforcement de
l’État de droit, et en particulier, en faveur de la protection et de la promotion des droits
de la personne ;

CONSIDÉRANT que la Résolution 63/169 des Nations Unies reconnaît le rôle de
l’ombudsman, du médiateur et des autres institutions nationales de défense des droits de
l’Homme dans la promotion et la protection des droits de l’Homme.

CONSIDÉRANT le rôle que peuvent jouer les ombudsmans, médiateurs et autres
institutions nationales de défense des droits de l’Homme pour promouvoir la bonne
gouvernance dans les administrations publiques ainsi que pour améliorer les relations
entre les citoyens et l’administration, par le biais de la médiation ;

RAPPELANT que cette institution doit être indépendante, de manière à lui assurer un
pouvoir réel d’examiner et d’intervenir sur toutes questions relevant de son domaine de
compétences ;

RAPPELANT l’importance des caractéristiques qui concourent à l’indépendance de cette
institution, caractéristiques liées notamment à son identité juridique, sa procédure de
nomination, le libre choix de ses collaborateurs, les modalités de saisine et son
autonomie matérielle et financière ;

SOULIGNANT par ailleurs que ces institutions peuvent jouer un rôle important en ce qui a
trait au suivi des instruments juridiques internationaux en matière de droits de l’Homme,
notamment en donnant des avis et conseils aux gouvernements pour mettre leurs
législation et politiques nationales en conformité avec leurs engagements internationaux ;

PRENANT ACTE du rôle indispensable des parlementaires dans la promotion de ces
institutions auprès de leur gouvernement et des populations ;

SOULIGNE l’importance de la coopération internationale dans le domaine des droits de
l’Homme et le rôle que joue l’Association des ombudsmans et médiateurs de la
Francophonie (AOMF) en faveur de cette coopération et de la mise en commun des
meilleures pratiques dans l’espace francophone ; par le biais notamment de projets
novateurs générant des effets durables, tel le Recueil de la doctrine de l’Ombudsman ;

FÉLICITE l’OIF pour la mise en place en 2011 d’un nouveau cadre de coopération entre
l’AOMF et l’OIF, notamment dans le but de promouvoir la formation et l’accompagnement
d’institutions jeunes, à des fins de consolidation de l’État de droit ;

ENCOURAGE l’OIF à favoriser la mise en place des ombudsmans, médiateurs et autres
institutions nationales de défense des droits de l’Homme indépendants, dotés des pouvoirs
et des conditions d’exercice adéquats.

ENCOURAGE l’OIF à solliciter l’expertise et l’implication des ombudsmans, médiateurs et
autres institutions nationales de défense des droits de l’Homme actuels dans cette mise en
place de ces nouvelles institutions ;

ENCOURAGE l’OIF à inciter les États membres de la Francophonie à respecter et à
renforcer l’indépendance des ombudsmans, médiateurs et autres institutions nationales de
défense des droits de l’Homme, et à leur accorder à cet effet la faculté d’autosaisine qui
favorise leur pouvoir d’initiative ;

ENCOURAGE les États à mener des campagnes d’information, en collaboration avec tous
les acteurs concernés, pour faire connaître à leurs nationaux l’importance du rôle de
l’ombudsman, du médiateur et des autres institutions nationales de défense des droits de
l’Homme ;

INCITE les ombudsmans, médiateurs et autres institutions nationales de défense des droits
de l’Homme de l’espace francophone à :
- suivre la mise en oeuvre localement des instruments juridiques internationaux voués
à la défense des droits de l’Homme ;
- mener des activités de veille quant à l’observance et le respect par les
administrations publiques des droits et libertés de la personne ;
- intervenir à titre préventif auprès des autorités en cas de risque de violation des
droits de l’homme ;
- informer la population et en particulier les membres de groupes marginalisés ou
vulnérables sur l’évolution des droits de l’Homme au plan international ;
- transmettre à l’Organisation internationale de la Francophonie tous les
renseignements utiles au suivi des engagements de la Déclaration de Bamako.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer