Instances

Résolution concernant la problématique des grossesses non désirées et la situation des filles-mères

Abidjan (Côte d’Ivoire) | 9-12 juillet 2013

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réunie à Abidjan (Côte d’Ivoire) du 9 au 12 juillet 2013, sur proposition du Réseau des femmes parlementaires,

CONSIDERANT la persistance du phénomène des grossesses non désirées avec les conséquences graves qu’elles occasionnent sur la santé des mères ;

CONSIDERANT les maux dont peuvent être victimes les filles-mères notamment l’exclusion sociale, le décrochage scolaire, l’échec scolaire, la prostitution, la pauvreté et la marginalisation ;

CONSIDERANT l’objectif 5 des OMD sur l’amélioration de la santé maternelle avec pour cible, la réduction de trois quarts de la mortalité maternelle et l’accès universel à la santé reproductive ;

RAPPELANT l’ampleur des conséquences des grossesses non désirées soit 45 millions d’interruptions volontaires de grossesse et 70 000 décès par an dans le monde ;

RAPPELANT la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) qui garantit à la femme comme à l’homme le droit de décider librement et en toute connaissance de cause du nombre et de l’espacement des naissances ;

CONDAMNE les pratiques de mariages forcés et précoces, le harcèlement sexuel, le viol et la prostitution des mineures, sources potentielles de grossesses non désirées ;

CONDAMNE les avortements clandestins, les abandons d’enfants et l’exclusion sociale ;

APPELLE les parlementaires de l’APF à attirer davantage l’attention de leurs gouvernements pour :
-  une meilleure application des législations existantes
-  un développement du niveau de la scolarisation surtout dans les pays en développement,
-  une information suffisante des populations sur les droits sexuels et reproductifs,
-  une meilleure adéquation des services de planification familiale,
-  une disponibilité totale des produits contraceptifs et à des prix accessibles pour toutes les couches sociales,
-  une sensibilisation régulière des ménages sur l’utilité de la contraception,
-  une allocation adéquate de moyens aux services de planification familiale ;

APPELLE l’APF à initier des séminaires d’information à l’attention des parlements nationaux sur les causes et les conséquences des grossesses non désirées et le rôle des parlements dans la protection de la femme et de la jeune fille.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer