Actualités

Québec, le 5 juillet 2008. Le Réseau des femmes parlementaires de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie s’est réuni le 4 juillet 2008 à Québec

5 juillet 2008

Mme Christine St-Pierre, Ministre de la Culture, des communications et de la Condition féminine, a souhaité la bienvenue aux femmes parlementaires francophones venus des cinq continents qui se sont réunies à Québec. Mme Rose-Marie Losier-Cool, Présidente du Réseau des femmes parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et sénatrice canadienne, a présidé les travaux.

Les femmes parlementaires ont présenté et adopté des rapports sur plusieurs thèmes d’actualité : « la traite des personnes » et le « suivi de la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) », par Mme Lise Thériault, députée (Québec), « les droits des enfants (suivi de la Convention internationale des droits de l’Enfant) », par Mme Geneviève Colot, députée (France).

Dans ce cadre, elles ont entendu Mme Jacqueline Oxman-Martinez, du Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (Université de Montréal).

Enfin, dans une déclaration présentée par Mme Henriette Martinez, député (France), le Réseau s’est réjoui de lalibération de la sénatrice franco-colombienne, Ingrid Bétancourt, et a exprimé son soutien aux otages encore détenus par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et partout dans le monde.

Le réseau des femmes parlementaires de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, créé officiellement à Berne en 2002, réunit toutes les femmes des sections de l’APF. Il a pour but de promouvoir une meilleure participation des femmes à la vie politique, économique, sociale et culturelle et ce, tant au niveau national que dans l’ensemble de l’espace francophone, renforcer la place et le rôle des femmes dans les parlements membres et dans les organisations internationales, favoriser les échanges d’expérience et encourager la solidarité entre femmes parlementaires, enfin et surtout de contribuer à la défense des droits de l’Homme, particulièrement ceux de la jeune fille, de l’enfant et de la mère.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer