Actualités

Québec, le 31 janvier 2011. Fin des travaux de la Commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles de l’APF

1er février 2011

La Commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles
(CECAC) de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), présidée par le
sénateur Didier Berberat (Suisse) a conclu ses travaux, ce matin, en affirmant qu’il
est maintenant temps pour la Francophonie d’articuler sa concertation en vue de
concilier les intérêts des accords commerciaux internationaux et ceux de la
Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions
culturelles. Les membres de la Commission ont également convenu que le secteur
culturel constitue non seulement un élément identitaire, mais également recèle un
potentiel important de développement pour les pays du Sud et devrait être
considéré comme tel par les grands fonds d’aide internationaux.

La cinquantaine de sections représentées à cette réunion comptant plus de 100
personnes, qui s’est tenue sur deux jours, à l’Assemblée nationale du Québec, a
également débattu de la langue française dans le monde et de l’usage de la langue
française dans les instances internationales. Sur ce dernier point, les
parlementaires ont exprimé leur vive déception devant les importantes lacunes
dans l’application du Vade-mecum. Ce document, entériné depuis 2006 par la
Conférence ministérielle de la Francophonie, impose des contraintes quant à
l’usage de la langue française, à tous les États dans les foras internationaux. Les
parlementaires se sont engagés à interroger leur exécutif sur les mesures qu’ils ont
mis de l’avant ou qu’ils ont l’intention d’adopter en vue de faire connaître le
document auprès de leurs administrations et de le faire respecter dans les
institutions internationales.

Les parlementaires ont également été informés des dernières études portant sur
l’avenir démographique de la Francophonie. Selon ces données, en 2050 la planète
pourrait compter quelques 700 millions de francophones, dont 85% seront en
Afrique. Prenant la mesure de l’importance que revêt l’éducation pour le devenir francophone, spécialement en Afrique, la Commission a donc décidé de consacrer
sa prochaine réunion de Kinshasa à ce sujet. Les parlementaires y discuteront
également des mesures prises en vue de d’atteindre l’objectif du millénaire no 2,
portant sur l’accès à l’éducation pour tous, garçons et filles.

- Télécharger le communiqué

- Galerie photos : 30 janvier et 31 janvier 2011

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer