Actualités

Paris, le 3 octobre 2013. Le secrétaire général parlementaire de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie exprime sa vive préoccupation face à la situation en Centrafrique

3 octobre 2013

Le Secrétaire général parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), M. Pascal Terrasse (député, France), exprime sa plus vive inquiétude face à la situation qui prévaut actuellement en République centrafricaine où des informations concordantes permettent de conclure à la persistance de violations graves des droits de l’Homme dans différentes parties du pays. Il demande aux autorités actuellement en place de prendre dans les plus brefs délais toutes mesures permettant de protéger les populations civiles.

" L’APF exige que les auteurs de violations des droits de l’homme, de crimes de guerre, de violences sexuelles contre les femmes et d’enrôlement d’enfants soldats soient dénoncés, identifiés, poursuivis et punis conformément au droit national et au droit pénal international " a indiqué le Secrétaire général parlementaire.

Le Secrétaire général parlementaire appelle également la communauté internationale à se mobiliser et tout mettre en oeuvre pour qu’un terme soit mis aux exactions à répétition commises dans ce pays en proie à une crise humanitaire et sécuritaire extrêmement grave et qui pourrait déstabiliser l’ensemble de la sous-région.
Il demande à cet effet un engagement international fort et que des moyens logistiques et financiers supplémentaires soient accordés à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) sous l’égide de l’Union Africaine : "Seul l’arrêt immédiat des exactions nous permettra d’oeuvrer en faveur d’une solution à long terme dans ce pays dévasté par des années de conflits et des coups d’État à répétition" a ajouté le Secrétaire général parlementaire.

La suspension de la section centrafricaine de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie a été confirmée en juillet 2013 lors de la Session de l’APF d’Abidjan. L’APF appuie les actions de l’Organisation internationale de la Francophonie en faveur du rétablissement de la démocratie et de l’État de droit dans ce pays. L’APF, qui demeure saisie de la situation en Centrafrique, évaluera les différentes mesures qu’elle peut mettre en place en faveur du rétablissement de l’Etat de droit dans ce pays à l’occasion de la réunion de son Bureau qui se déroulera à Rabat (Maroc) au début de l’année 2014.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer