Actualités

Paris, le 16 novembre 2010. Clôture du séminaire parlementaire d'échanges de Cotonou (Bénin)

16 novembre 2010

Les 10 et 11 novembre 2010, s’est tenu à l’hôtel Novotel de Cotonou un séminaire parlementaire sur le rôle des parlements en matière de démocratie et de bonne gouvernance économique. Ce séminaire, organisé par l’APF avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a eu un caractère régional puisqu’y ont participé, outre les députés béninois, des parlementaires du Gabon et du Sénégal.

Sous la présidence de M. Mathurin Coffi Nago, président de l’Assemblée nationale du Bénin, et en présence du président d’honneur de l’APF et président de l’Assemblée nationale du Gabon, M. Guy Nzouba Ndama, les débats, animés par six parlementaires [1] en provenance des diverses régions de la francophonie, ont porté sur les questions liées aux pouvoirs des parlements relatifs au contrôle budgétaire, au rôle des commissions permanentes, au rôle des parlements sur la scène internationale et à la transparence financière de la vie politique.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’intervention de Mme Amissetou Affo Djobo, présidente du comité d’organisation du séminaire, la lecture d’un message de M. Jacques Legendre, secrétaire général parlementaire de l’APF, et l’allocution de M. Mathurin Coffi Nago, président de l’Assemblée nationale du Bénin.

L’examen du contrôle budgétaire a fait apparaître l’impérieuse nécessité d’associer étroitement les parlementaires à l’ensemble du processus d’élaboration des lois de finances tant au niveau de la préparation, en instaurant notamment des débats d’orientation budgétaires, qu’au niveau de l’exécution en s’appuyant sur les conclusions des autorités indépendantes comme la Cour des comptes ou le vérificateur général. A cette occasion il a été relevé que le rôle des parlementaires devient de plus en plus technique.

Le thème de la transparence financière de la vie politique a permis de confronter les différentes expériences concernant les dispositions que la plupart des démocraties ont mises en place pour assainir la vie politique.

L’adoption de règles précises en la matière renvoie à des enjeux de bonne gouvernance, avec la nécessaire prise en compte des principes d’égalité, d’équité, de liberté d’organisation et de fonctionnement des partis politiques et suppose de privilégier le consensus entre les différents acteurs politiques.

Les débats ont également porté sur le rôle des commissions et sur les nouvelles structures mises en place en appui des moyens de contrôle traditionnel ainsi que sur le rôle des parlements en matière internationale.

Pour chacun des thèmes évoqués il a été souligné qu’aucune solution extérieure ne saurait être importée sans être au préalable adaptée aux contingences locales.

La qualité des échanges et l’assiduité des participants ont été révélateurs de toute l’importance accordée par les parlementaires béninois au renforcement du fonctionnement démocratique des institutions et à leur désir de poursuivre sur la voie de la démocratisation.

Pour en savoir plus sur les séminaires d’échanges parlementaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer