Actualités

Paris, le 11 avril 2011. Après l’arrestation de M. Laurent Gbagbo, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie appelle à un retour rapide à la démocratie en Côte d’Ivoire

11 avril 2011

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie considère que l’arrestation de M. Laurent Gbagbo par les troupes du président Alassane Ouattara met fin à l’aventure personnelle de celui qu’elle avait qualifié de « président auto proclamé » de la République de Côte d’Ivoire.

En refusant d’accepter les résultats d’un scrutin organisé avec l’aide de la communauté internationale et dont les résultats avaient été certifiés par l’ONU, M. Gbagbo a pris le risque de la violence, de plonger son pays dans une guerre civile et a délibérément tourné le dos aux idéaux qui sont ceux de la Francophonie.

L’APF a toujours considéré que la parole du peuple devait être respectée lorsqu’elle s’exprime dans des conditions compatibles avec les critères de la démocratie tels qu’ils sont exprimés dans la déclaration de Bamako.

L’APF souhaite maintenant que le président Ouattara puisse reconstruire la Côte d’Ivoire dans le calme et l’unité, avec le concours de tous les Ivoiriens. Il est notamment essentiel qu’un Parlement puisse être rapidement élu à la suite de la tenue d’élections libres, fiables et transparentes.

L’APF est disponible pour participer à l’observation des prochaines élections législatives et pour apporter son concours au retour à la démocratie dans ce pays important de l’espace francophone.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer