Actualités

Paris, le 10 juillet 2009. Clôture de la XXXVe Session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

10 juillet 2009

La XXXVe Session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie s’est conclue le 6 juillet 2009 à Paris après plusieurs jours de débats.

Lors de la séance solennelle d’ouverture, M. Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale française, a souhaité la bienvenue aux plus de 250 parlementaires francophones venus des cinq continents, réunis à Paris. Il a également donné lecture d’un message de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française. Monsieur Alain JOYANDET, Secrétaire d’Etat auprès du ministre français des Affaires étrangères et européennes chargé de la Coopération et de la Francophonie, s’est également exprimé, ainsi que S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie .

M. Guy Nzouba-Ndama, Président de l’Assemblée nationale du Gabon et Président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, a présidé le début des travaux. Ayant dû regagner le Gabon pour des raisons impératives, il a été remplacé par M. Jules Aristide Bourdes Ogouliguende, député du Gabon, ancien Président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Après avoir attribué le statut de membre associé à sa section arménienne, elle a débuté ses travaux, comme le veut désormais l’usage et dans le cadre de son rôle d’Assemblée consultative de la Francophonie, par l’audition de M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, qui a ensuite répondu aux questions des parlementaires.

Un débat sur la « crise financière, lutte contre la pauvreté et développement », ainsi qu’un point d’actualité sur la langue française introduit par M. Claude Hagège, linguiste, professeur au Collège de France, ont suscité de nombreux échanges.

Vigie de la démocratie, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie a examiné différentes situations politiques dans l’espace francophone. Réaffirmant sa vocation à être le Parlement des parlements francophones, elle a adoptéplusieurs résolutions. Elle recommande de maintenir la mesure de suspension des sections guinéenne et malgache alors que la mesure de suspension de la section mauritanienne pourrait être levée suite à la tenue d’une élection présidentielle libre, fiable et transparente dans ce pays.

Elle exprime sa très profonde préoccupation face aux événements récents advenus au Niger. Elle rappelle que la modification des règles du jeu électoral, notamment quand elles sont fixées par la Constitution, peu de temps avant un scrutin est une pratique condamnable au regard des principes qui doivent régir une démocratie et demande à l’Organisation internationale de la Francophonie de prendre toute initiative de nature à faciliter un retour à l’ordre constitutionnel dans ce pays.

Elle demande également à la Francophonie de poursuivre son accompagnement du processus de sortie de crise en Côte d’Ivoire et de donner une nouvelle impulsion à sa coopération en République démocratique du Congo.

La Commission politique a aussi adopté des résolutions sur la Géorgie et le Moyen-Orient et a étudié les situations politiques à Haïti, au Burundi, au Cambodge, au Cameroun, aux Comores, en Guinée-Bissau, au Liban, en République centrafricaine et au Tchad.

Concernant le suivi des situations politiques dans l’espace francophone, elle entend poursuivre et approfondir son étroite collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie. Les principales prises de position de l’Assemblée seront transmises aux chefs d’Etats et de gouvernement réunis lors du prochain Sommet de la Francophonie.

L’APF a également adopté la déclaration de Paris sur les principes de la démocratie parlementaire dans l’espace francophone, texte sur lequel elle travaillait depuis plusieurs mois et qui lui permettra à l’avenir de promouvoir la position de la Francophonie dans les travaux menés au niveau international et visant à aboutir à un texte consensuel sur les critères de la démocratie parlementaire.

Elle a aussi ratifié un accord avec l’Association des secrétaires généraux des parlements francophones.

Enfin, l’APF a procédé au renouvellement de l’ensemble de ses instances et a porté à sa présidence pour les deux années à venir, M. Yvon Vallières, Président de l’Assemblée nationale du Québec. Elle a également élu à sa première Vice-présidence M. Roch Marc Christian Kaboré, Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso et reconduit M. Jacques Legendre, sénateur français, dans ses fonctions de Secrétaire général parlementaire.

La Vème Session du Parlement francophone des jeunes a réuni une soixantaine de jeunes de l’espace francophone. Les textes qu’ils ont adoptés ont été transmis aux parlementaires à l’occasion d’une séance d’échanges qui a donné lieu à un dialogue fructueux. Ces textes seront soumis au prochain Sommet des Chefs d’État et de gouvernements de la Francophonie.

A l’invitation de M. Mamadou Seck, Président de l’Assemblée nationale du Sénégal, la prochaine Session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie se tiendra à Dakar au début du mois de juillet 2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer