Coopération

PFJ 2015 – Berne

La 7e édition du Parlement francophone des jeunes (PFJ) s’est tenue du 5 au 11 juillet à Berne (Suisse) en marge de la 41e Assemblée plénière de l’APF et a connu un grand succès au niveau des jeunes de l’espace francophone avec plus de 60 participants.

Tout au long de la simulation parlementaire, les participants ont travaillé sur quatre thématiques contemporaines qui ont porté sur la limitation du nombre de mandat des élus, la réinvention de l’emploi en Francophonie, le défi de la jeunesse, le caractère avantageux ou non de se former et d’étudier en français et les moyens de susciter la participation des jeunes à la vie politique et de favoriser leur intégration au sein de nos parlements respectifs.

Comme à chaque fois, les résolutions issues de l’étude de ces différentes thématiques ont été présentées lors du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenu du 22 au 27 novembre 2016 à Antananarivo.
Fort du succès qu’il a connu à Abidjan en 2013, une deuxième édition du concours de joutes verbales, qui initie les participants à la prise de parole en public, a été organisée. Seize équipes paritaires et représentatives de la Francophonie se sont affrontées sur des thèmes préalablement choisis, selon des critères spécifiques et devant un prestigieux jury. La finale du concours s’est déroulée à l’issue de la séance plénière de l’APF.

Cette année, l’équipe du PFJ a mis sur pied quatre ateliers pratiques liés à des thématiques d’actualité. Animés par des experts et des parlementaires, ces ateliers ont porté sur le changement climatique et les ressources hydriques : enjeux et impacts des changements climatiques sur l’approvisionnement en eau dans l’espace francophone (atelier qui a donné lieu à une déclaration en vue de la COP21), sur la prise de parole en public et la communication sur les réseaux sociaux, sur la formation professionnelle et sur la sensibilisation à la question du genre.

L’élection des porte-paroles du PFJ a été un moment fort de cette 7e édition. Les jeunes participants ont dû constituer des binômes paritaires en respectant l’équilibre géographique pour pouvoir se présenter. Le binôme vainqueur de l’élection, Isabelle Le Bourdais (Québec) et Ibrahima Diabaté (Côte d’Ivoire) a choisi d’abolir la distinction entre porte-parole et porte-parole adjoint pour adopter l’appellation de « co-porte-paroles ».