Ressources

Nous faisons partie de la même communauté, d’un espace aussi symbolique que concret – peut-être unique – où l’union et le partage sont possibles.

Entretien avec Carole Zalberg, finaliste de la 13e édition du Prix des cinq continents de la Francophonie

Tout d’abord, je tenais à vous exprimer les félicitations de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie pour votre sélection en tant que finaliste de la 13ème édition du prix des cinq continents de la Francophonie, avec Feu pour feu, aux éditions Actes Sud. En premier lieu, comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre sélection ?
Carole Zalberg  : J’en ai été extrêmement surprise et formidablement heureuse ! D’autant que j’ai d’abord appris que « Feu pour feu » avait été sélectionné par les 4 comités. Il y a quelque chose d’émouvant et de mystérieux à rencontrer ainsi la sensibilité de lecteurs dont le quotidien, les références, la situation géographique sont à ce point différents. Cela signifie qu’à force de tailler dans la chair des mots, à force d’écouter l’essentiel en soi, on est parvenu à une forme de vérité humaine. Quand on se lance dans l’écriture d’un livre, on ne peut pas savoir si ce miracle aura lieu. Donc cette sélection, après le Prix Littérature-Monde, c’est une très grande joie et un encouragement.

Est-ce que le concept de littérature francophone a une réalité pour vous ? Quel est votre rapport à la langue française ?
Carole Zalberg : J’aime ce concept dans ce qu’il représente, là encore, de diversité. La langue française ne m’intéresse qu’ainsi : un flot, une entité commune mais moirée, mouvante et traversée par divers courants, bousculée, charriant dans un même lit des mondes disparates.

Quelles sont vos sources d’inspiration en littérature ?
Carole Zalberg : Absolument tout ce qui m’entoure. Mais je suis particulièrement attentive aux trajectoires individuelles, à leur cause et à ce qu’elles impliquent, déclenchent. Je suis aussi une lectrice passionnée de mes contemporains. Lire des auteurs que j’aime, suivre leur travail, leur évolution me stimule, entretient le désir de me colleter encore et encore à la langue.

Enfin, quel serait votre message à délivrer aux parlements francophones ?
Carole Zalberg : J’aimerais, en tant que récente élue au poste de Secrétaire Générale de la Société des Gens de Lettres, exprimer mon attachement au droit d’auteur et au droit des auteurs. Dans de nombreux pays francophones, les auteurs ne touchent pas de droits sur la vente de leur livre. Notre engagement doit contribuer à améliorer leur situation. Nous faisons partie de la même communauté, d’un espace aussi symbolique que concret – peut-être unique – où l’union et le partage sont possibles.

Lire un extrait : http://www.francophonie.org/Chaque-semaine-un-extrait-d-un-des-45231.html

A noter :
Le 13e Prix des cinq continents de la Francophonie sera remis en marge du XVe Sommet de la Francophonie en novembre 2014 à Dakar (Sénégal).

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer