Coopération

N’Djaména, le 22 octobre 2014. Séminaire du Réseau des femmes parlementaires de l’APF à N’Djaména (Tchad) sur la représentativité des femmes en politique et la prise en compte du genre dans le travail parlementaire

Le séminaire d’information, d’échange et de sensibilisation organisé par le Réseau des femmes parlementaires de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, en partenariat avec l’Assemblée nationale du Tchad, a clôturé ses travaux le jeudi 22 octobre 2014, après deux jours de réflexion et de débats au Musée national de N’Djaména (Tchad).

Présidé par Lydienne Epoubé (députée, Cameroun), Vice-présidente du Réseau des femmes parlementaires, ce séminaire régional a réuni des parlementaires venus de six sections de l’APF à savoir le Cameroun, le Togo, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon et la France. Les débats ont porté sur la représentativité des femmes en politique et l’intégration du genre dans les budgets nationaux.

Lors de la première journée, Thérèse Mékombe, experte en droits des femmes a tout d’abord fait un état des lieux de la participation des femmes dans les parlements de la région avant d’aborder les raisons pour lesquelles la présence des femmes est fondamentale dans les instances de décision politique et notamment dans les parlements et au sein des commissions parlementaires. Chantal Guittet (députée, France) rapporteure au Réseau des femmes, a ensuite présenté les mécanismes, règles et politiques de promotion des femmes mises en place au sein des parlements afin de promouvoir la participation effective des femmes. Nassalatou Diaby (députée, Côte d’Ivoire), présidente de la section ivoirienne du Réseau des femmes, a quant à elle présenté l’expérience ivoirienne concernant la création et le fonctionnement d’un Caucus de femmes. Issa Mardo Djabir (député, Tchad) a ensuite présenté le rôle des commissions parlementaires et de partis politiques dans le combat pour l’égalité de fait.

La seconde journée du séminaire a été consacrée à la question de l’intégration du genre dans les budgets nationaux. Socé Sène, consultant international en matière de genre et de développement, a de manière très dynamique et participative expliqué aux participants la budgétisation sensible au genre avant de leur exposer les rôles que peuvent jouer les parlementaires en la matière.

Chaque présentation a fait l’objet d’une période très animée d’échanges et de questions au cours desquelles les participants ont pu donner leur opinion et partager leurs expériences personnelles. Finalement, avant de clôturer le séminaire, les participants ont formulé une série de recommandations pour améliorer la représentativité des femmes en politique et atteindre une meilleure égalité de fait.

- Lire les recommandations issues du séminaire ;

- Savoir plus : Réseau des femmes parlementaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer