Ressources

Les jeunes seront présents au Forum mondial de la langue française

Les membres des Parlements nationaux des jeunes (PNJ) et du Parlement francophone des jeunes (PFJ) de la région Afrique, réunis du 5 au 7 juin 2012 dernier à Niamey dans le cadre de travaux préparatoires au Forum mondial de la langue française, ont adopté la déclaration dite de Niamey dans laquelle ils ont rappelé les principaux enjeux et les défis qui se posent à l’espace francophone. Cette déclaration, qui analyse l’usage du français dans le monde de l’économie, du travail et de la formation sera soumise aux membres des institutions de jeunes similaires issus des autres régions (Amérique, Asie-Pacifique, Europe) afin qu’ils y apportent des modifications et y fassent des recommandations supplémentaires correspondant aux réalités auxquelles est confrontée la jeunesse francophone dans leurs régions respectives.

Ils seront présents au FORUM MONDIAL !!!

JPEG - 23.3 ko
Moustapha Saadou (Niger)

Il a dit ...

JPEG - 7.8 ko
Manon Loison (France)

Elle a dit ...

JPEG - 37.2 ko
Thibaut Roblain (Belgique)

Il a dit ...

JPEG - 49.1 ko
Prislaine Augusta Goussoutou (Gabon)

Elle a dit ...

JPEG - 53.3 ko
Armelle Sawadogo (Burkina Faso)

Elle a dit ...

JPEG - 3.5 ko
Nhu Thanh Nguyen Hoang (Vietnam)

Il a dit ...

JPEG - 47.8 ko
Farida Amadou Siddiki (Cameroun)

Elle a dit ...

JPEG - 19.9 ko
Marc-Gérard Jacquet (Haïti)

Il a dit ...

Moustapha Saadou Idi, 21 ans, étudiant, membre du PNJ du Niger : « Le français a progressivement perdu de sa splendeur dans le monde depuis quelques années au profit de langues concurrentes. Mais avec le dynamisme des uns et des autres et la conscientisation beaucoup plus accrue de son importance pour la communauté francophone je pense qu’il reprendra bientôt ses lettres de noblesse. Aussi, j’espère que des initiatives comme le Forum mondial de langue française produiront l’effet escompté à savoir le rayonnement du français dans le monde. »

Manon Loison, 24 ans, étudiante, membre du PFJ, vice-présidente de JFA, France : « Le français à travers le monde, c’est d’abord pour moi l’unité au sein de la diversité. Plagiant en toute conscience la devise de l’union européenne, le français comme outil et non comme finalité est bien ce fil rouge qui unit tant de femmes et d’hommes aux parcours et aux cultures différents tout en ayant comme objectif commun de progres¬ser ensemble. Voilà ce que j’attends du Forum de Québec, rencontrer toujours plus de jeunes, discu¬ter, échanger, comprendre, apprendre et ressortir plus enrichie que je ne le suis aujourd’hui. C’est ça la Francophonie. »

Thibaut Roblain, 22 ans, étudiant, président sortant du PNJ de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Venant d’un pays où les conflits linguistiques se cristallisent souvent en problèmes politiques graves, il est important pour moi que le français puisse conti¬nuer d’exister paisiblement. Passionné par le Cana¬da et le Québec, qui vit aussi une situation de ten¬sion linguistique, j’espère comprendre les enjeux de demain pour la Francophonie. Que la langue fran¬çaise qui nous unit soit le moteur des prochains défis dans les domaines de la culture, de l’enseignement, de l’immigration et pourquoi pas de l’ économie. »

Prislaine Augusta Goussoutou, 21 ans, étudiante, membre du PFJ, Gabon : « Il est évident que le français a connu des difficultés ces dernières années, mais il est aussi judicieux de préciser que le nombre de ses locuteurs a augmenté et continuera de s’accroitre et avec eux, son influence dans le monde. Ce qui ne pourrait que nous ravir. Mon amour pour cette langue complexe mais belle et riche a toujours motivé mon désir de l’apprendre. »

Armelle Sawadogo, 20 ans, étudiante, membre du PNJ du Burkina Faso : « L’usage du français rencontre bien des problèmes aussi bien sur le plan international qu’au sein des pays dits francophones du fait de l’existence de langues telles que le chinois et l’anglais mais aussi de la juxtaposition ambiguë entre le français et les langues locales. A cet effet, j’espère que le Forum me permettra non seulement de participer avec le reste de la communauté francophone à l’élaboration des stratégies de cohabitation productive du français et des langues locales. »

Nhu Thanh Nguyen Hoang, 26 ans, doctorant, membre du PFJ, Vietnam : « Le français c’est plus qu’une langue, parler le français c’est adhé¬rer à une autre vision du monde, accepter les autres valeurs et respecter les différences qu’éprouve chaque individu. Participant au Forum international de la langue française, je voudrais témoigner d’un événement mondial qui est la preuve probante de la vitalité du français, qui s’enrichit de la diversité et qui en fait une union des francophones. »

Farida Amadou Siddiki, 21 ans, étudiante, représentante Afrique de JFA, membre du PFJ, Cameroun : « Aujourd’hui 13% de la population mondiale parle français. La langue, plus qu’un simple outil de communication représente une identité. La langue française véhicule des idéaux et des valeurs incontournables dans la perspective d’un développement durable et le Forum mondial de Québec 2012 qui, il faut le dire, tombe à point nommé nous permettra surement de trouver des pistes de solutions pour qu’elle ne soit plus seulement utile, mais aussi nécessaire dans la mondialisation que nous vivons de nos jours. »

Marc-Gérard Jacquet, 25 ans, membre du PFJ, Haïti : « Le français a une présence trop faible dans les secteurs de l’informatique, des télécommunications ou encore de l’aviation civile. La place de notre langue est trop concurrencée, il est urgent que tous, Francophones, nous agissions ensemble. Je suis convaincu que ma participa-tion à ce forum me permettra de partager mon point de vue sur l’avenir de la Francophonie qui ne dépend que de la refondation des systèmes scolaires et de la conquête de nouveaux publics. Ensemble pour la Francophonie ! »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer