Coopération

Le Co-porte-parole du PFJ, Yu Cai TIAN, à la 44e Session de l'APF

Le Co-porte-parole du Parlement Francophone des jeunes, Yu Cai TIAN, a eu le plaisir de participer à la 44e session annuelle de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie qui s’est tenue au début du mois de juillet 2018.

"Réunis dans la ville de Québec au Canada, les quelques 300 parlementaires venus de l’espace francophone sur les cinq continents ont échangé sur les enjeux et les défis de notre temps afin de construire ensemble la Francophonie des solutions qui marquera à coup sûr un succès de la coopération, du multilatéralisme et de l’engagement international. C’est ainsi que les quatre commissions et le Réseau des femmes parlementaires ont mené leurs travaux afin de trouver des solutions en faveur du maintien de la paix, du renforcement de la démocratie et de la protection des droits de l’Homme. Plus particulièrement, les commissions ont discuté des questions suivantes :

• Commission des affaires parlementaires :
o La protection des données personnelles
o Les déontologues et les codes d’éthique des Parlements
o La place du Parlement dans l’équilibre des pouvoirs avec leur gouvernement
o Les missions électorales
o Les différents programmes de formation
• Commission de la coopération et du développement :
o La corruption comme un obstacle au développement économique
o L’enjeu du numérique et l’impact de son évolution sur les emplois
• Commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles :
o La mobilité des étudiants
o La transmission du savoir à distance
o La réussite scolaire et le numérique
• Commission politique :
o La situation du G5 Sahel
o La gouvernance du numérique
o Les missions de maintien de la paix de l’ONU
o La protection des personnes LGBTI
o La peine de mort
o Les questions migratoires

Je suis d’ailleurs intervenu dans la Commission des affaires parlementaires pour présenter la dernière édition du PFJ qui s’est tenue en juillet 2017 au Luxembourg et les activités du PFJ depuis, ainsi que la vision du PFJ pour les stratégies jeunesse qui sont si essentielles pour la pérennité de la Francophonie vu la croissance démographique anticipée dans les prochaines décennies. Les parlementaires de la Commission ont beaucoup apprécié les travaux du PFJ et ses résolutions. De plus, ils m’ont assuré de leur soutien dans la réalisation de mes tâches.

La rencontre, placée sous le thème « les bonnes pratiques des parlements à l’ère du numérique », a permis des échanges des différentes sections sur les réalités du numérique et la transformation qu’il amène aux travaux législatifs. De plus, à l’assemblée plénière, quatre décisions d’importance capitale ont été approuvées par les sections membres, soit l’adhésion de la Nouvelle-Calédonie en tant que membre, la réintégration de la section djiboutienne parmi les membres et l’adhésion du Kosovo et du Mexique en tant qu’observateurs. Il est évident que la Francophonie attire de plus en plus d’intérêts des quatre coins du globe en raison de la pertinence de ses travaux et de ses réalisations tangibles sur le terrain contribuant ainsi à l’amélioration des conditions de vie des populations. Nous serons heureux d’accueillir les jeunes de ces nouvelles sections lors de la prochaine édition du Parlement francophone des jeunes en Côte d’Ivoire en été 2019.

Il faut souligner que l’on doit se réjouir de la création du Réseau des jeunes parlementaires qui regroupe désormais les parlementaires de l’APF qui ont moins de 40 ans. Cette avancée majeure contribue non seulement à l’échange des bonnes pratiques afin de rendre le travail législatif plus efficace, mais elle est un élément clé qui redéfinit la place de la jeunesse sur l’échiquier francophone en sa volonté de la propulser constamment vers des places de décision. Nous avons pu constater avec vigueur que la Francophonie de la jeunesse n’est loin d’être qu’un simple slogan, elle est incarnée par des actions concrètes visant à faire une différence dans les générations à venir. De plus, nous remercions l’intervention de M. Ma-Umba MABIALA, le Directeur de l’Education et de la Jeunesse de l’Organisation internationale de la Francophonie, qui a souligné la volonté de l’OIF de concerter les acteurs étatiques et ceux de la société civile afin de plaider pour une participation citoyenne plus active des jeunes, notamment dans le processus de décision.

En même temps, la seconde édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques se tenait à Québec. Il réunissait des leaders jeunes provenant de 20 pays à travers l’Amérique francophone. Divisé en trois volets (action citoyenne, parlementaire et média), les participants ont pu découvrir en profondeur toutes les facettes de la démocratie et de l’action législative tout en profitant pleinement des panels et des conférences des personnalités politiques distinguées de la Francophonie qui ont accepté de partager leur parcours et vécu."