Actualités

  • Accueil
  • Actualités
  • Presse
  • Communiqués de presse
  • L'Assemblée parlementaire de la Francophonie apprend avec une vive émotion la mort de Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l’ONU et premier Secrétaire général de la Francophonie

L'Assemblée parlementaire de la Francophonie apprend avec une vive émotion la mort de Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l’ONU et premier Secrétaire général de la Francophonie

17 février 2016

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie est particulièrement touchée par la disparition de Boutros Boutros-Ghali, qui fut le premier Secrétaire général de la Francophonie de 1998 à 2002.

L’APF présente ses condoléances à sa famille et au peuple égyptien qui voit disparaître une des grandes figures de son histoire.

Diplomate d’exception, Boutros Boutros-Ghali a été ministre égyptien des Affaires étrangères de 1977 à 1991. Il fut l’un des principaux négociateurs du traité de paix israélo-égyptien de 1979. Celui qui aimait à se présenter comme un « ardent défenseur du tiers-monde » fut également député au Parlement égyptien en 1987 puis le premier Africain Secrétaire général de l’ONU entre 1992 et 1996.

Son action politique et diplomatique a toujours été inspirée par un profond engagement en faveur des principes de paix, de démocratie et des droits de l’Homme.

Du Sommet de Hanoï en 1997 au Sommet de Beyrouth en 2002, Boutros Boutros-Ghali a accompagné l’évolution de notre institution, d’Assemblée internationale des parlementaires de langue française (AIPLF) en Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), assemblée consultative de la Francophonie. Il a aussi été le premier à participer aux sessions annuelles de l’APF pour échanger avec les parlementaires et à avoir permis la mise en œuvre du « Parlement francophone des Jeunes », initié par l’APF et validé par le Sommet de Moncton en 1999.

Les parlementaires de la Francophonie regretteront aussi l’intellectuel brillant et le grand amoureux de la langue française. Universitaire, professeur de droit international, il s’était engagé avec passion en faveur de la Francophonie et avait déclaré : "La Francophonie sera subversive et imaginative ou ne sera pas !"

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer