Actualités

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie réitère son appel au dialogue face à l’enlisement de la situation au Burundi

11 janvier 2016

L’APF exprime de nouveau son inquiétude quant à la montée des violences meurtrières et au refus persistant du gouvernement de dialoguer avec les parties prenantes burundaises et la communauté internationale.

Le gouvernement burundais a refusé de participer aux négociations de paix avec l’opposition qui étaient prévues le 6 janvier en Tanzanie. Aucun consensus n’a été obtenu pour l’heure sur la date de reprise des prochaines discussions.
Malgré les appels réitérés de la communauté internationale, le dialogue interburundais demeure suspendu depuis le mois de juillet.

Les autorités burundaises ont rejeté fin décembre la proposition du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine d’un envoi de troupes d’une Mission africaine de prévention et de protection au Burundi (Mabropu).

L’APF déplore les nombreuses victimes du conflit et condamne la poursuite des violences meurtrières. Elle relance l’appel de son Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse (député, France), à l’engagement de l’ensemble des acteurs dans la voie d’un dialogue ouvert et inclusif.

Elle rappelle par ailleurs sa disponibilité pour faciliter les modalités d’un dialogue et accompagner le retour à la paix.

Le parlement du Burundi est actuellement sous observation au sein de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, et ce, depuis la 41e Session de l’APF tenue à Berne en juillet 2015, en raison de la crise de la démocratie et des violations graves des droits de l’Homme dans le pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer