Ressources

L’APF à New Nork. Editorial de Jacques Legendre

Jacques Legendre, Secrétaire général parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, sénateur (France)

Réunir le Bureau au sein des Nations Unies à New-York était un projet caressé par le président Nzouba Ndama et moi-même depuis longtemps.

Voilà qui est réalité : le Bureau s’y rendra les 21 et 22 janvier prochain.
L’objectif est clair : affirmer, au sein de la plus importante organisation internationale, l’identité francophone, la vitalité de ce mouvement et promouvoir la diversité culturelle et la défense de la langue française.

Comme l’a si bien dit le Secrétaire général des Nations Unies « le multilinguisme est l’équivalent linguistique du multilatéralisme » et il nous revient de le rappeler encore et toujours. Cet objectif, souci constant de l’APF, qui se traduit à travers les travaux de la commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles, ses résolutions prises en Assemblée plénière, son assiduité aux travaux de l’UNESCO concernant la Convention sur la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques, se concrétisera encore par les nombreux contacts et rencontres que nous y avons prévus.

Mais, nous le savons, il ne suffit pas de nous montrer ni de manifester nos bonnes intentions, il faut aussi agir « sur le terrain ». Je lance ici un double appel à toutes nos sections, à vous tous.

D’une part, lors du Sommet de Québec, les chefs d’Etat et de gouvernements ont demandé au Secrétaire général, dans leur résolution sur la langue française, « d’entamer les démarches visant à conclure un pacte linguistique avec les Etats ou gouvernements qui le souhaitent ». Ce nouvel outil pourrait être un élément important du « plan stratégique de reconquête et de promotion de la langue française » dont nous avions, à l’initiative de notre commission de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles, souhaité la mise en œuvre dans notre avis sur les thèmes du Sommet. Ces pactes linguistiques doivent viser principalement les pays qui appartiennent à la Francophonie mais dont le français n’est pas la langue officielle. Il est encore trop tôt pour savoir où ce mécanisme sera mis en œuvre mais je pense, même si l’APF n’est pas citée parmi les organes pouvant participer à sa mise en œuvre, que nous ne pouvons pas nous en désintéresser. Il est même essentiel que nous nous attachions à donner à ces pactes le volet parlementaire sans lequel ils seraient incomplets.

D’autre part, il a également été demandé aux opérateurs et à l’APF d’intensifier encore leurs liens et de travailler en synergie et en complémentarité. L’APF n’a aucune difficulté de principe par rapport à ces demandes d’ailleurs récurrentes. Nous avons toujours veillé à travailler en bonne intelligence avec nos partenaires naturels, à entretenir avec eux les meilleures relations tout en restant dans le rôle spécifique qui est le nôtre en tant qu’Assemblée consultative. Intensifier ces relations signifie également que les différents partenaires s’informent mutuellement sur leurs activités mais peut aussi passer par des contacts d’un style nouveau.

Je pense qu’il ne serait pas inutile que nos commissions prennent l’attache des opérateurs pour examiner avec eux si certains sujets qui les préoccupent pourraient faire l’objet d’études ou de rapports en leur sein.

Je considère que ces relations doivent également être diversifiées en ne se limitant pas aux seuls opérateurs et viser également les réseaux professionnels et/ou issus de la société civile qui contribuent à la vitalité du mouvement francophone international comme la Fédération internationale des professeurs de français ou l’Association de la presse francophone. Nos sections peuvent et, à mon sens, doivent dans leurs pays respectifs, jouer un rôle central dans les relations à développer avec ces intervenants.

Pour conclure, le Secrétariat général, en liaison avec la section française, prépare activement la XXXVe session de notre Assemblée qui aura lieu à Paris et la Ve session du Parlement francophone des Jeunes. Puisse ce grand rassemblement francophone consolider nos valeurs d’une francophonie solidaire, vigilante et généreuse.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer