Instances

Intervention de Mme Ardeleanu, députée (Roumanie)

Merci, Monsieur le Président, d’avoir accepté de me donner la parole.
Cher Monsieur le Professeur,
Chers collègues parlementaires,

En double qualité de linguiste professionnelle et députée dans le
Parlement de la Roumanie, permettez-moi de remercier vivement Monsieur
Claude Hagège pour cette allocution —plaidoyer en faveur de la Langue et de la
diversité culturelle et de dire que ce discours m’a séduite tout comme m’ont
séduite tous les livres signés Claude Hagège.

Passionnée par la recherche sur la dynamique de la langue, en général,
du français et du roumain, en particulier, je viens de passer récemment de la
théorie à la pratique du discours politique et je ne peux pas m’empêcher de vous
témoigner l’immense différence qu’i1 y a entre analyse et production de textes.

En Francophonie, la dimension linguistique reste à la base de celle
politique, politique et linguistique formant un couple de synergies qui vient, sans
doute, renforcer la qualité et les effets à long terme du mouvement francophone.
Chers collègues, le roumain et le français, c’est une vieille histoire
d’amour qui justifie pourquoi l’espace roumain a connu des francophones dans
tous les domaines de la vie sociale, culturelle, économique, pourquoi l’espace
roumain continue à se battre pour la reconnaissance de sa francophonie.

« Si la Roumanie perd sa francophonie, elle perdra sa mémoire »,
disait l’un des anciens ambassadeurs de notre pays à Paris, le regretté
Alexandre Paleologu, éminente personnalité culturelle de l’espace francophone.

C’est par le français qu’une partie des Roumains, ceux qui habitent
actuellement le territoire de la République de Moldova, ont connu l’alphabet
latin, c’est le français qui nous a offert tant opportunités d’ouverture vers
d’autres cultures tout le long de notre histoire.

C’est pour cela que je pense que chacun d’enter ceux qui peuvent le
faire, linguistes, politiciens ou simples utilisateurs d’une langue, a le droit et, en
même temps, l’obligation de rappeler l’héritage francophone pour justement le
renforcement du PLURILINGUISME en Europe.

C’est à nous que revient le pouvoir de construire une Europe de
l’équilibre linguistique qui assure la diversité culturelle. Le français reste l’une
de nos chances de préservation des identités culturelles et linguistiques, tout en
contribuant à notre unité, à notre solidarité, à notre amitié.

Monsieur le Président, chers collègues, je vous remercie pour votre
attention et j’adresse un grand merci aux organisateurs pour cette merveilleuse
rencontre.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer