Instances

Intervention de M. Mathurin Coffi Nago, Président de l’Assemblée nationale du Bénin

Introduction

Invité à prendre la parole devant cette assemblée sur un sujet si important et qui
engage le destin de notre communauté internationale, je ne peux me soustraire à
I’envie de partager mes réflexions avec vous, et d’évoquer quelques expériences
spécifiques au Bénin, tout en insistant sur le caractère universel du phénomène.

La crise économique mondiale actuelle qui a germe de la crise financière
internationale est de nature systémique ; car elle intègre de multiples aspects :
financier, économique, social. alimentaire, écologique et politique.
La récession de l’économie mondiale qui en est l’aboutissement logique est de
nature à engendrer à terme, un délabrement social qui renforcera davantage la
pauvreté et les inégalités socio-économiques. Car la financiarisation de l’économie
mondiale, la fracture sociale et l’accroissement de la pauvreté, sont comme les
principales facettes d’une même médaille.

Cette crise est universelle car aucune région du monde n’est épargnée par ses
conséquences, et les économies africaines déjà fragilisées par les politiques
d’ajustement structurel. les crises énergétique et alimentaire sont de nouveau
confrontées à de multiples défis de développement dans une conjoncture
économique mondiale défavorable.
Notre intention n’est pas d’explorer dans cette communication toutes ces dimensions
de la crise et d’approfondir son caractère systémique, mais tout simplement, après
avoir rappelé sommairement les causes, d’évaluer ses enjeux , ses consequences et
ses défis pour le développement en Afrique et au Benin, d’analyser les politiques
préconisées et de discuter des chantiers de réformes nécessaires à la relance
économique, à la lutte contre la pauvreté. sans occulter le rôle du parlement béninois
dans la nécessaire coopération interparlementaire qui dolt appuyer la solidarité
internationale et la coordination des actions mises en œuvre par les gouvernements.

- 1 Origines de la crise financière internationale
La crise financière mondiale a pour origine, la pratique des subprimes. Elle a éclaté
aux Etats- Unis en février 2007 à la suite d’une bulle in mobilière qui s’est formée en
2004, qui a affecté le secteur de la construction et l’économie réelle, occasionnant
une perte d’environ 4000 emplois et la faillite d’un certain nombre de sociétés
financières, spécialisées dans rachat, la revente et la titrisation de titres
hypothécaires à risque.

Le point de non retour fut atteint au mois d’août 2008. l’effondrement des
grandes banques américaines a contraint les autorités américaines à élaborer un
plan de sauvetage d’un montant de 700 milliards de dollars proposé par le secrétaire
au Trésor Henry Paulson. Ce plan a pour but de sauver le système bancaire de la
banqueroute et de rassurer les marchés financiers mondiaux
L’emballement des économies européennes dans la frénésie de la crise fut immédiat
au regard de leur intégration financière à l’échelle mondiale, Environ 210 banques
européennes étaient au bord de la faillite et ont sollicité un appui financier de près de
142 milliards d’euros. Le Banque Centrale Européenne (BCE) s’est résolue à injecter
sur le marché monétaire près de 120 milliards d’euros au moment où les dirigeants
européens estimaient qu’il faudrait près de 2000 milliards d’euros pour jugulsr la
crise à l‘échelle européenne.

Le 15 octobre 2008 l’Asiee fut embrasée par le cyclone financier qui consume sur son
passage toutes les places financières mondiales. Les bourses asiatiques
s’effondrèrent à leur tour à l’image des bourses américaines et européennes.

La crise financière mondiale apparaît comme la conséquence d’une régulation
insuffisante des marchés financiers internationaux dominés par la spéculation. Elle
constitue aussi l’inéluctable conséquence d’une rupture profonde de l’économie
financière de sa sphère réelle.

2. De la crise financière à la crise économique mondiale : Enjeux et
défis pour l’Afrique en matière de développement et de lutte contre
la pauvreté.

La crise financière a déjà franchi la barrière de l’économie réelle pour plonger
l’économie mondiale dans une récession sans précédent.
Selon les prévisions de l‘0CDE, on s’attend à une croissance négative de 0,9% aux
Etats-Unis en 2009 et à une aggravation du chômage dont le taux passera de 5,7%
en 2008 à 7.3% en 2009. Dans la zone euro qui constitue notre principal partenaire
commercial, la croissance économique sera également négative en 2009, avoisinant
0,64% contre 1.0% en 2008.
La récession amorcée dans la zone Euro renforcera les déséquilibres commerciaux
des économies africaines et affectera leur croissance. Il en sera de même des
concours de laide publique au développement. Cette aide sera plus rare car les pays
donateurs déjà peu enclins à franchir la barre des 0,7% de leurs PIB mobiliseront
leurs ressources budgétaires pour financer leurs plans de sauvetage des banques en
déroute et de relance économique.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer