Ressources

Entretien avec Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale du Sénégal, président de la section sénégalaise de l’APF

Dakar, le 25 avril 2013

Monsieur le Président, l’Assemblée nationale du Sénégal accueille la première réunion intersessionnelle du réseau des femmes parlementaires de l’APF que vous venez d’ouvrir. Vous avez, entre autres, évoqué dans votre discours le rôle des femmes au centre de la vie et de la famille. Nous savons qu’elles ont concrètement investi tous les espaces de la vie publique et aspirent à y être mieux représentées. Quels sont, pour y parvenir, vos conseils en direction des femmes parlementaires francophones ?

Moustapha Niasse : Tout d’abord, je dois reconnaitre qu’au Sénégal, nous bénéficions aujourd’hui des fruits d’un travail de longue haleine qui s’est parachevé par la loi sur la parité. Cette loi permet aujourd’hui aux femmes sénégalaises d’être mieux représentées puisqu’elles constituent 42% des parlementaires. Nous en sommes fiers. C’est le précédent Président et la précédente législature qui ont fait un formidable travail de précurseur et de terrain dans ce sens et je suis certain que les autorités actuelles veilleront à préserver les acquis dont nous bénéficions tous. A cet égard la politique des quotas que nous avons menée constitue à n’en pas douter une étape décisive et je l’espère irréversible. Pour ma part j’y suis très attentif et délègue autant d’hommes que de femmes dans les différentes organisations et manifestations.
Nous sommes allés assez loin au Sénégal puisque l’absence de parité sur les listes des candidats à une élection constitue un motif d’irrecevabilité. Toutefois, d’autres espaces restent à conquérir ; d’autres dispositions sont encore à prendre pour renforcer la condition et la position des femmes. Par exemple, rien n’est encore fait par rapport aux nominations dans les institutions, et je pense que dans ce domaine aussi, il faut savoir introduire les éléments de la parité pour assurer la représentativité des femmes. Vigilance dans l’application de la loi et progrès dans les propositions et les décisions sont au cœur des stratégies de réussite pour les femmes.

Le Sénégal est un pays phare de l’espace francophone. Comment envisagez-vous à quelques mois du prochain sommet de l’OIF, à dix jours de la réunion de la conférence régionale des parlements francophones africains, le renforcement de la présence du Sénégal dans le mouvement francophone et de la francophonie au Sénégal ?

Moustapha Niasse : Il faut reconnaître que d’une certaine manière, le Sénégal est aux avant-postes de la Francophonie, puisque, comme vous le savez, c’est le Président Senghor, soutenu par les Présidents Habib Bourguiba de Tunisie, Hamani Diory du Niger, le Roi Norodom Sihanouk du Cambodge et d’autres encore, qui ont pensé et promu le concept de Francophonie. Autrement dit, à l’origine déjà, le Sénégal s’est saisi de la question francophone pour en faire une référence essentielle, une communauté de valeurs et un creuset d’actions.
Je dois également rappeler que c’est à Dakar, en 2014, que le Secrétaire général, le Président Abdou Diouf, qui fut Président du Sénégal, fera le bilan de son action à la tête de la Francophonie. Ce bilan il le fera dans son pays et pour le monde entier. C’est un grand rendez-vous pour les Francophones et nous sommes déjà mobilisés dans cette perspective. Qui sait ? Le Sénégal a été précurseur dans bien des domaines ; peut -être à cette occasion verrons-nous d’autres progrès, d’autres mutations positives : pourquoi pas un jour une femme d’une autre nationalité à la tête de l’OIF, car nous ne sommes pas exclusifs, nous sommes ouverts à la diversité et au progrès et en cela nous nous considérons simultanément et positivement comme ancrés dans nos valeurs traditionnelles de partage et résolument francophones.

Entretien accordé à Mireille Eza (conseiller, directrice du programme Noria de l’APF)
Pour la revue Parlements et Francophonie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer