Ressources

Editorial : le Québec reçoit la Francophonie parlementaire

Par Yvon VALLIERES, président de l’Assemblée nationale du Québec, président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

Chers collègues parlementaires,

C’est pour moi un honneur de recevoir la Francophonie parlementaire
à Québec, ville du patrimoine mondial de l’UNESCO, à l’occasion de la
Conférence interparlementaire sur la diversité des expressions culturelles
(CIDEC).

Lors de ma prise de fonction à la présidence de l’Assemblée
parlementaire de la Francophonie en 2009, je me suis engagé à faire en
sorte que notre organisation maintienne une implication active en faveur
de la Convention sur la promotion et la protection de la diversité des
expressions culturelles de l’UNESCO. Cinq années après l’adoption de cet
outil juridique international qui crée un cadre favorisant le rayonnement
planétaire de toutes les cultures, nous pouvons nous réjouir de nombreuses
avancées. En effet, ce sont aujourd’hui plus de cent quinze États, dont la
plupart des membres de la Francophonie, qui ont ratifié la Convention.
De plus, le processus de mise en œuvre de cet instrument est bien
enclenché alors que plusieurs articles font désormais l’objet de directives
opérationnelles.

Si ces étapes sont fondamentales pour la pérennité de la Convention,
nous devons poursuivre notre engagement afin que cette dernière acquière
sa pleine portée juridique dans l’ensemble des champs qu’elle englobe.

Il nous revient de contribuer à l’adoption de législations nationales de
soutien à la création et aux industries culturelles. Car, en plus de leur
nature identitaire indéniable, les activités, les biens et les services
culturels sont d’importants moteurs de développement économique.

Nous
devons également demeurer vigilants face aux négociations commerciales
internationales afin que nos États et gouvernements prennent des
engagements de libéralisation du commerce qui préservent les secteurs
culturels et les programmes publics de soutien à la culture.

Nous, parlementaires de la Francophonie, par l’extraordinaire
diversité des peuples que nous représentons, avons le devoir de faire
obstacle à l’actuel courant qui tend vers une homogénéisation culturelle.

C’est pour cela que nous devons poursuivre notre engagement en faveur de
cette diversité qui est au coeur même du patrimoine culturel de l’humanité.
C’est tout le sens de notre engagement en faveur de la diversité culturelle
qu’exprime la Conférence interparlementaire sur la diversité des
expressions culturelles. Nous évoquerons à cette occasion le bilan de notre
action en ce domaine et discuterons de moyens d’action afin de donner un
nouveau souffle à l’émergence d’un droit culturel international pour le
plus grand bénéfice des populations de la Francophonie et des autres aires
linguistiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer