Ressources

Editorial : Reconstruction et gouvernance

JPEG - 15.5 ko
MM. Yvon Vallières et Jacques Legendre
On reste sans voix et atterré face au séisme dramatique du 12 janvier 2010 en Haïti. L’esprit a du mal à concevoir un bilan provisoire si lourd : plus de 150 000 morts ; 800 000 personnes vivant dans des camps de fortune ; 235 000 personnes ayant quitté Port-au-Prince pour les régions rurales d’Haïti moins affectées par le séisme. Selon le gouvernement haïtien, la moitié des maisons de Port-au-Prince, de Jacmel et de Léogâne sont détruites de même que plusieurs infrastructures primordiales...

par Yvon Vallières, Président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et Jacques Legendre, Secrétaire général parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

JPEG - 44 ko
M. Yvon Vallières, Président de l’APF, Président de l’ Assemblée nationale du Québec

On reste sans voix et atterré face au séisme dramatique du 12 janvier 2010 en Haïti. L’esprit a du mal à concevoir un bilan provisoire si lourd : plus de 150 000 morts ; 800 000 personnes vivant dans des camps de fortune ; 235 000 personnes ayant quitté Port-au-Prince pour les régions rurales d’Haïti moins affectées par le séisme. Selon le gouvernement haïtien, la moitié des maisons de Port-au-Prince, de Jacmel et de Léogâne sont détruites de même que plusieurs infrastructures primordiales.

JPEG - 46.4 ko
M. Jacques Legendre, Secrétaire général parlementaire de l’APF, sénateur (France)

L’APF a immédiatement exprimé par voie de communiqué sa plus profonde compassion au peuple haïtien. Nous appuyons tous les efforts de sauvetage et exprimons notre reconnaissance aux organisations internationales et aux agences humanitaires qui se mobilisent pour apporter de l’aide aux Haïtiens. Nous avons également appelé les gouvernements membres de la Francophonie à manifester concrètement leur solidarité.

L’APF a participé à une rencontre de concertation sur Haïti organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) le 25 janvier 2010. Parmi les opérateurs, l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) déplore des pertes humaines et matérielles considérables. Concrètement, la Francophonie n’a plus d’antenne sur le terrain.
Au moment d’écrire ces lignes, l’information que nous avons recueillie sur les parlementaires haïtiens reste fragmentaire. Nous savons que le Parlement a été détruit et que des parlementaires ont péri. Toutefois, les membres du Parlement se sont réunis une première fois le 21 janvier à l’Académie de police de Port-au-Prince.

Le Secrétariat général de l’APF a obtenu des nouvelles rassurantes concernant le lauréat du Prix de l’APF aux Jeux de la Francophonie de 2009 de même que les deux jeunes membres de la section haïtienne de l’APF ayant participé à la cinquième session du Parlement francophone des jeunes (PFJ) qui s’est tenue à Paris en juillet 2009. À ce titre, nous saluons la mobilisation de l’Association « Jeunes francophones en action », créée à l’initiative du porte-parole du PFJ de Paris et regroupant les anciens membres des différentes promotions du PFJ, pour venir en aide aux jeunes Haïtiens.

La coordination de l’aide est un facteur essentiel. Le 25 janvier s’est tenue la Conférence internationale de Montréal sur l’aide humanitaire et la reconstruction d’Haïti qui a regroupé entre autres le Canada, les États-Unis, la France, l’Espagne, le Brésil, les Nations Unies et l’Organisation des États américains. Ces derniers ont abordé la question de la reconstruction du pays ainsi que la préparation d’une conférence prévue en mars 2010 au siège des Nations Unies à New York. Notre Assemblée souhaite participer à cette importante rencontre.
Les besoins en Haïti sont énormes et le chemin sera long pour reconstruire le pays. La réunion des donateurs sera importante à cette fin. Comme Assemblée consultative de la Francophonie, il est de notre devoir d’insister sur le fait que les Haïtiens doivent être partie prenante de la reconstruction de leur pays.

Il est également urgent de mettre en place tous les réseaux liés à la gouvernance démocratique d’Haïti. Faire renaître la vie politique démocratique sera un défi d’envergure dans ce pays où la majorité des institutions politiques sont pour le moment effondrées.
En outre, nous qui sommes les représentants de nos populations, savons combien la culture est essentielle au patrimoine d’un peuple. La culture est porteuse d’identité, de valeur et de sens. Face à la destruction physique, il est essentiel de préserver la culture haïtienne. Elle doit survivre et fleurir des décombres.

Haïti peut compter sur l’APF pour l’appuyer dans son plaidoyer pour que la gouvernance démocratique soit au cœur de sa reconstruction et pour soutenir l’importance de la préservation de la culture haïtienne. Au moment venu, nous épaulerons la section haïtienne dans la mise en place et le renforcement de ses institutions parlementaires.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer