Ressources

Edito du Dr. Nguon Nhel , président de la section cambodgienne de l’APF

Dr. Nguon Nhel , Premier vice-président de l’Assemblée nationale du Cambodge, président de la section cambodgienne de l’APF

Le Cambodge est très honoré d’être choisi comme pays hôte pour accueillir la réunion du Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, du 8 au 10 Février 2012, réunion qui, à mon sens, revêt une grande signification.

Tout d’abord, elle se tient sur le sol hospitalier du Cambodge, l’un des pays fondateurs du mouvement de la Francophonie. En effet, notre ancien Roi, Norodom Sihanouk, qui est actuellement encore en vie, avec les regrettés Léopold Sédar Senghor, président du Sénégal, Hamani Diori, président du Niger, Habib Bourguiba, président de Tunisie, et Aimé Césaire, député-maire de Fort-de-France (France, Martinique), a participé à la création de la première agence internationale francophone servant d’organisme de coopération entre les pays francophones sur tous les continents du monde.

Et depuis, le Cambodge n’a jamais cessé d’œuvrer pour les valeurs et les idéaux de la Francophonie. Cependant, il faut reconnaître que la démocratie ne peut pas se construire de l’extérieur. Elle n’est pas le fruit de la spontanéité, mais elle est à la fois un processus lent et interne reposant sur l’éducation, le développement, la paix et la justice sociale, sans lesquels elle n’est pas durable. Les dérives autoritaires peuvent survenir à tout moment, car l’histoire nous a montré qu’il y a des mouvements d’allers-retours entre les régimes démocratiques et des régimes hybrides ou autoritaires.

La réunion du Bureau de l’APF se déroule en un moment où notre monde, très complexe, est confronté à de multiples problèmes tant politiques, militaires, économiques, sociaux, environnementaux qu’énergétiques. Des efforts régionaux et internationaux ont été entrepris avec des avancées notables, mais les incertitudes, les débordements, les violations et atteintes à la vie démocratique planent encore sur notre monde.

Malgré cela, nous espérons que, unis dans la famille des pays francophones, nous pourrons au moins, dans une certaine mesure, faire face à ces difficultés de circonstance, notamment dans les domaines que nous avons l’occasion d’aborder au cours de nos différentes réunions, en particulier la diplomatie parlementaire, les bonnes pratiques de la démocratie, le développement durable et la protection de l’environnement car dans tous les cas, l’APF a toujours fait preuve de coopération et de solidarité.

Enfin, je souhaite que la réunion du Bureau à Phnom Penh concentre toutes ses énergies et ses compétences afin de remporter de grands succès pour contribuer davantage à la réalisation des idéaux de la Francophonie. Que l’APF tout en continuant à améliorer ses méthodes de travail et ses programmes d’activités exerce un rôle grandissant sur l’arène internationale !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer