Nous connaitre

Discours du président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE,président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso au Sommet de la Francophonie (Kinshasa, 12-14 octobre 2012)

Excellence, Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo
Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement
Mesdames et Messieurs les chefs de délégations
Excellence, Monsieur le Secrétaire général de la Francophonie
Mesdames et Messieurs les Présidents d’institution
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de mission diplomatique et consulaire
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Au nom de la Communauté parlementaire francophone et à mon nom personnel, je voudrais tout d’abord adresser mes sincères remerciements au Président de la République démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Joseph Kabila KABANGE, au Gouvernement et au peuple congolais pour leur hospitalité typiquement africaine et pour la parfaite organisation de ce Sommet.
C’est un honneur pour moi de prendre la parole devant les chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie, pour porter les aspirations des peuples des 78 parlements et organisations interparlementaires qui composent l’APF.
Cela fait maintenant plus de quinze ans, depuis le VIIe Sommet de la Francophonie réuni à Hanoi, que l’Assemblée parlementaire de la Francophonie vient présenter devant vous ses avis et recommandations.

A l’heure de son 45ème anniversaire, l’APF peut se réjouir d’avoir trouvé sa place au cœur du monde francophone, au sein duquel elle assume un rôle politique, représente les peuples de la Francophonie, et assure la mise en œuvre de la coopération parlementaire.

Mais, si notre organisation interparlementaire a pu trouver cette juste place, c’est d’abord et avant tout grâce à son étroite collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie, à la volonté politique des chefs d’Etat et de Gouvernement et à sa relation privilégiée avec le Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf.

Monsieur le Secrétaire général, je tenais ici à vous remercier une nouvelle fois pour l’attention constante que vous manifestez à l’égard de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie qui se traduit notamment par votre présence et votre participation à nos Assemblées générales, dont la dernière en date s’est tenue à Bruxelles en juillet 2012.

Votre engagement sans faille contribue grandement à la mise en œuvre des déclarations de Bamako et de Saint-Boniface et à des prises de positions courageuses face aux différentes crises qui ont émaillé ou qui émaillent encore l’espace francophone.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Pour faire respecter les valeurs qui sont les siennes dans le cadre de la promotion de la démocratie, de l’Etat de droit et des droits humains, l’APF n’a jamais hésité à sanctionner les sections membres où se multiplient les atteintes à l’ordre constitutionnel et aux Droits de l’Homme.

Permettez-moi plus particulièrement de souligner notre vive inquiétude pour la situation qui prévaut au Mali et rappeler qu’elle pose de façon préoccupante la question de la stabilité, de la paix et de la sécurité dans toute la zone sahélo-saharienne.

Au nom des parlementaires francophones et de tous les peuples de notre espace, je souhaite insister sur la nécessité pour la CEDEAO et l’Union africaine, avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies, en accord avec le gouvernement de la République du Mali, de tout mettre en œuvre pour faire respecter les droits de l’homme au Mali, ainsi que l’intégrité de son territoire afin de rétablir la démocratie, par l’organisation d’élections libres et transparentes.

Mais si les événements nous poussent quelquefois à exclure de nos instances des sections qui portent atteinte à nos valeurs, c’est avec une joie non dissimulée que nous procédons aussi à la réintégration des pays où la tenue d’élections marque une avancée notable dans la consolidation de la démocratie.

Ainsi, le 11 juillet 2012, l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a été réintégrée à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie lors de notre 38ème Assemblée générale tenue à Bruxelles.

Depuis cette réintégration, les échanges que nous avons eus avec notre section ivoirienne ont mis en évidence de grands besoins de coopération.
L’APF s’efforcera de fédérer les actions de tous les parlements francophones afin de renforcer les capacités des députés et de l’administration parlementaire en Côte d’Ivoire.

C’est le lieu pour moi, de réitérer le soutien de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie aux peuples qui se sont engagés pleinement, en mettant un terme aux régimes autoritaires qui les gouvernaient pour se placer désormais sur le chemin d’une plus grande justice et d’une plus grande liberté.

C’est pourquoi nous souhaitons que les réformes politiques et institutionnelles en cours dans toutes les assemblées parlementaire ou constituante de pays membres de notre espace permettent de traduire les aspirations légitimes de leurs populations à la démocratie et à l’Etat de droit.

Il me plait de porter à votre connaissance à cet égard qu’une mission de prise de contact et d’information de notre Réseau des femmes parlementaires, première délégation officielle internationale à avoir été reçue à l’Assemblée nationale constituante de Tunisie, en décembre 2011, a pu rencontrer des femmes issues de tous les partis élus dans cette nouvelle Assemblée.

Distingués chefs d’Etat et de Gouvernement
Mesdames et Messieurs

Outre les questions économiques et environnementales, au centre des exigences actuelles de l’économie verte, deux défis majeurs attendent le continent africain, berceau de l’humanité et terre d’avenir de la Francophonie.

Le premier de ces défis est celui de la démographie : le continent africain vient de franchir le seuil du milliard d’habitants.

Cette population, caractérisée par une jeunesse dynamique, est potentiellement une importante force motrice qui, j’en suis persuadé, changera le monde.

Le second défi est bien sûr le défi démocratique que j’ai déjà évoqué et sur lequel je reviendrai.

En effet, sans stabilité politique, sans Etat de droit, comment envisager ne serait-ce que les balbutiements d’un développement économique au bénéfice des populations ?

Consciente de l’importance des questions foncières en Afrique notamment, notre Assemblée s’est prononcée depuis plusieurs années pour une meilleure gestion foncière, avec notamment une simplification et une sécurisation du titrement foncier, condition sine qua non d’un développement économique durable et viable pour les populations qui vivent sur ces terres.

« L’essentiel est toujours menacé par l’insignifiant ». Un grand poète et résistant français, René Char, a écrit cet aphorisme dans le cadre d’un combat pour des valeurs qui sont aujourd’hui proches de celles que nous voulons tous promouvoir.
Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement, j’ai l’intime conviction que c’est votre engagement constant et quotidien qui permettra d’œuvrer pour cet essentiel.

Dans la poursuite de cet objectif, soyez assurés du soutien de l’APF, votre Assemblée consultative.

C’est le sens de l’Avis et des recommandations que nous vous soumettons. Le thème de ce 14e Sommet, « Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale » est d’actualité.

Il nous permet de livrer devant vous aujourd’hui l’étendue de nos réflexions sur des sujets aussi vastes que la problématique des ressources naturelles, celle de la Responsabilité Sociétale des Entreprises ou encore celle du développement durable.
Mais à ce penchant environnemental répond bien évidemment un nécessaire penchant économique.

Voilà déjà huit années que l’APF effectue un suivi des négociations commerciales internationales menées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce et qu’elle organise avec cette institution des séminaires de formation pour les parlementaires.

Au-delà d’un renforcement de la présence francophone à l’OMC et d’une meilleure prise en considération du développement dans les Accords de Partenariat économique entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, nous pensons qu’il est également nécessaire d’installer durablement des mécanismes innovants de financement du développement.

Mais il nous faut noter et admettre avec force que la mise en place de ces avancées environnementales et économiques ne pourront consolider la paix et la prospérité pour nos populations que si elles s’accompagnent d’une véritable construction démocratique et donc d’une bonne gouvernance.

Je voudrais une nouvelle fois devant vous insister ici, à Kinshasa, en République démocratique du Congo, sur l’importance de renforcer la démocratie, la justice et l’Etat de droit dans notre espace francophone.

Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement, il vous faut soutenir toutes les initiatives permettant d’instaurer des structures politiques et administratives à la fois fortes et indépendantes qui garantissent à chaque citoyen le respect des principes fondamentaux de l’Etat de droit.

Car sans Etat et institutions solides, il ne saurait y avoir de système démocratique efficace et pérenne.

Même si l’on peut estimer que le rythme n’est pas assez rapide, sur ce point, on doit cependant admettre que les choses progressent, et le plus souvent dans le bon sens.

Souvenons-nous que la démocratie est une construction permanente toujours perfectible, jamais et nulle part parfaite.

Cependant, il nous faut continuer à être exigeants sur le sens de l’évolution, intransigeants même sur nos principes, tout en accompagnant les processus démocratiques dans les Etats membres de notre espace, en fonction des contraintes qui sont les leurs.

C’est dans cet esprit que l’APF soutient tous ceux qui dans nos pays se battent avec courage, conviction et ténacité et dans des conditions souvent difficiles pour progresser vers plus de démocratie, plus de justice, plus de solidarité.
Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement
A votre demande, l’APF s’efforce de promouvoir et d’accentuer la place de la jeunesse dans les prises de décisions de l’espace francophone.

Deux représentants du Parlement francophone des jeunes et des parlements nationaux de jeunes sont ici aujourd’hui pour vous faire connaître la teneur d’une déclaration qu’ils ont adoptée à Québec, lors du premier Forum mondial de la langue française.

Pour ces jeunes comme pour toute la jeunesse francophone, il convient d’encourager fortement les multiples initiatives en matière d’éducation au développement durable, afin de former de véritables citoyens responsables et conscients de leur impact sur l’environnement.

A ce sujet, permettez-moi de vous dire tout l’intérêt que l’APF porte au programme de volontariat international de la Francophonie, développé par l’OIF, qui constitue à nos yeux un instrument extraordinaire de rapprochement entre les jeunes francophones.

Nous souhaitons ardemment la poursuite de ce programme.

Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement
L’exercice auquel nous nous livrons ce matin, à travers cette Déclaration de l’APF, adressée au Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement, témoigne incontestablement de notre volonté commune de construire des passerelles entre l’exécutif et le législatif, pour répondre au mieux aux aspirations de nos populations.
C’est un devoir de transparence et de crédibilité pour un espace francophone fort, solidaire, prospère et porteur des valeurs de démocratie dans un monde ouvert.
C’est donc pour que la bonne gouvernance mondiale ne reste pas un vain mot, que l’APF vous remet aujourd’hui l’Avis qu’elle a élaboré en prévision de ce Sommet.

Distingués chefs d’Etat et de Gouvernement
Je demande maintenant avec votre autorisation aux jeunes, représentants du Parlement francophone des jeunes et des Parlements nationaux de jeunes, de remettre à notre Président de séance et au Secrétaire général de la Francophonie le texte qu’ils ont élaboré à l’occasion du Forum mondial de la langue française.

Je vous remercie de votre attention.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer