Instances

Discours de M. Guy Nzouba-Ndama (Gabon), Président de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie

Monsieur le 1er Vice-président de la République,
Monsieur le Président du Sénat,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
Messieurs les Présidents de l’Assemblée,
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique,
Mesdames et Messieurs les députés,
Distingués invités,
Mes chers collègues,

Monsieur le 1er Vice-président de la République,

Je sais que le Président de la République du Burundi est en déplacement officiel en Ethiopie et qu’il vous a demandé de nous faire part de son message.

Je tiens donc tout d’abord à vous remercier d’avoir bien voulu rehausser de votre présence cette cérémonie officielle d’ouverture.

Je remercie également de leur participation les premiers ministres et les membres du corps diplomatique dont la présence marque l’importance que vous voulez bien accorder à notre réunion et à la Francophonie.

Votre présence, M. le 1er Vice-président, le message que vous portez, comme le discours de M. le Président de l’Assemblée nationale réaffirment clairement l’engagement du Burundi et de son Président en faveur de la Francophonie, des valeurs qu’elle porte, celles de la diversité culturelle et linguistique, de la solidarité, des droits de l’Homme et de la démocratie parlementaire.

Nous sommes conscients de l’engagement du Président de la République en faveur de l’établissement définitif de la paix dans votre pays, de son action en faveur du développement économique et social du Burundi, et sensibles à son engagement au profit de l’amélioration de la condition de la femme et des jeunes dans votre pays.

Nous savons tous ici et nous tenons à saluer les efforts inlassables que M. le Président de la République déploie pour le maintien de la paix et la résolution des situations de crise sur le continent africain, plus particulièrement l’Afrique centrale.

Je voudrais simplement rappeler à nos collègues parlementaires que c’est Bujumbura, capitale du Burundi, qui accueille le secrétariat permanent de la conférence internationale sur la région des grands lacs, dont on connait les problèmes ces derniers temps.

Votre présence M. le 1er Vice-président de la République, comme le message dont vous êtes porteur, nous encouragent également car ils nous montrent la valeur que le Président de la République attache à l’institution parlementaire dont il sait mieux que quiconque la contribution à la vie démocratique apaisée.

Je tiens donc à saluer ici tous nos collègues burundais et à souligner la responsabilité dont ils ont fait preuve pour que le fonctionnement régulier de la vie parlementaire burundaise soit rétabli.

M. le 1er Vice-président, je voudrais que vous soyez notre porte parole auprès de M. le Président de la République bien sûr, mais aussi auprès de toutes les Burundaises et les Burundais pour leur dire nos vœux les plus chaleureux pour la réalisation de leurs projets.

Je salue bien sûr les Présidents d’Assemblées qui honorent notre réunion de leur présence, et bien sûr en premier lieu nos hôtes, mais aussi M. Michel Bissonnet, notre 1er Vice-président, Président de l’Assemblée nationale du Québec, ainsi que M. Nassour Guelengdouksia Ouaïdou, Président de l’Assemblée nationale du Tchad.

Monsieur le 1er Vice-président de la République,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
Monsieur le Président du Sénat,

Au nom de tous mes collègues, je vous remercie pour votre accueil, votre hospitalité. Nous connaissons bien sûr la réputation de chaleur courtoise du peuple burundais, vous y faites honneur.

Notre présence aujourd’hui à Bujumbura est bien sûr la réponse à votre invitation, elle répond aussi à l’absolue nécessité à nos yeux de hisser le drapeau de la Francophonie partout dans le monde, mais plus particulièrement dans les pays symboliques. Et le Burundi, charnière naturelle entre l’Afrique centrale et l’Afrique orientale, entre l’Afrique Francophone et l’Afrique anglophone en est absolument un.

Monsieur le 1er Vice-président de la République,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale et du Sénat du Burundi,
Messieurs les Présidents d’Assemblées,
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique,
Mes chers collègues,
Distingués invités,
Mes chers amis en vos grades et qualités respectifs,

Nous sommes bien sûr venus ici à Bujumbura en notre qualité de parlementaires nationaux, mais grâce à votre accueil, nous ne sommes déjà plus des étrangers.

Nous sommes des amis et je suis sûr que nous repartirons ici en amis.
Je forme donc des vœux pour que cette réunion de notre Bureau serve à resserrer si besoin en était les liens entre le Burundi et la Francophonie.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer