Instances

Discours d'ouverture de M. Guy Nzouba Ndama (Gabon), Président de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie

Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Secrétaire général de la Francophonie,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale du Québec,
Messieurs les Présidents d’assemblée
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique
Mes chers collègues,
Distingués invités,
Mes chers amis en vos grades et qualités respectifs,

Il ya 400 ans, presque jour pour jour, Samuel de Champlain fondait la ville de Québec.

Québec a toujours été un lieu de rencontre : rencontre du fleuve, « le chemin qui marche », et le cap Diamant, rencontre entre les populations amérindiennes, celles d’origine française puis britannique.

C’est bien sous le signe de la rencontre, du désir de rencontre que nous sommes réunis aujourd’hui.

Cet anniversaire est celui d’une ville, il est aussi celui de la présence francophone en Amérique du Nord, et Québec accueillera cette année le Sommet des chefs d’Etats et de gouvernement.

Mais, dans la plus grande tradition parlementaire, vous avez aussi souhaité nous accueillir, et au moment le plus symbolique. Nous tenons très sincèrement à vous en remercier.

Monsieur le Premier ministre, je tiens tout d’abord à vous remercier d’avoir bien voulu rehausser de votre présence cette cérémonie officielle d’ouverture. Cette présence témoigne clairement de l’engagement toujours renouvelé du Québec en faveur de la Francophonie parlementaire, des valeurs qu’elle porte, celles de la diversité culturelle et linguistique, de la solidarité, des Droits de l’Homme et de la démocratie parlementaire. Votre présence nous encourage également car elle nous montre la valeur que vous attachez à l’institution parlementaire.

Je tiens à saluer ici également la présence du Président Diouf et le remercier de ses propos si élogieux pour nous, qui témoignent une fois de plus de son attachement à l’Assemblée consultative de l’Organisation internationale qu’il dirige si brillamment. Le dialogue constant qu’il entretient avec nous, et dont la prochaine séance de questions montrera qu’il est toujours chaleureux et constructif, constitue pour nous un encouragement à réaffirmer, avec la liberté de ton et l’indépendance d’esprit qui caractérise les parlementaires, notre attachement à la démocratie parlementaire et aux droits de l’Homme.

Je voudrais bien sûr remercier chaleureusement le maire de Québec pour la qualité et la chaleur de son accueil. Québec tient une place à par dans le cœur de tous les francophones. C’est une ville jeune, dynamique, moderne, joyeuse, fière de ses origines et de ses traditions ; et la jeunesse rassemblée ici ces derniers jours nous offre une illustration concrète de la diversité culturelle qui nous est si chère,. Les parlementaires de tous les pays francophones ont la ville de Québec dans leur cœur, ils se sentent chez eux. Monsieur le maire, merci pour votre accueil….

Je salue bien sûr les Présidents d’Assemblée qui honorent notre réunion de leur présence, et en premier lieu notre hôte, le Président Michel Bissonnet.

Monsieur le Président, cher Michel devrais-je dire, je voudrais vous remercier pour votre accueil, votre hospitalité. Nous connaissions bien sûr la réputation de chaleur enthousiaste du peuple québécois, vous y faites honneur. C’est la cinquième fois que le Québec accueille l’APF pour sa session annuelle, après les précédents de 1971, 1986, 1995, et 2001, nous savons tous les efforts que cela représente. Et je n’ose mentionner d’autres réunions, certes moins prestigieuses que notre session annuelle, mais qui témoigne de l’attachement quotidien du Québec à la francophonie parlementaire.

Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale du Québec,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les ministres,

Nous sommes bien sûr venus ici à Québec en notre qualité de parlementaires nationaux, mais grâce à votre accueil nous ne sommes déjà plus des étrangers, nous sommes des alliés. Et je suis sûr que nous repartirons en amis.

Je forme des vœux pour que cette Session serve à, si besoin en était, à resserrer les liens entre le Québec et la Francophonie.

Je voudrais enfin, et très sincèrement, que vous soyez nos porte-paroles pour dire nos vœux les plus chaleureux à toutes les Québécoises et tous les Québécois pour la réalisation de leurs projets.

Je vous remercie et je déclare officiellement ouverte la XXIVe session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer