Instances

Déclaration sur les situations politiques dans l'espace francophone

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, réuni à Bujumbura (Burundi) les 1-2 février 2008, prend position sur les situations politiques dans l’espace francophone qui suscitent des inquiétudes au sein du monde parlementaire.

- Côte d’Ivoire : Organiser les élections le plus rapidement possible

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie :

Rappelant que l’APF a pris acte de la fin du mandat des députés de l’Assemblée nationale le 16 décembre 2005 ;

Saluant la signature de l’accord de paix inter-ivoirien du 4 mars 2007 à Ouagadougou et d’accords complémentaires le 28 novembre 2007 modifiant le calendrier électoral, et la mise en place d’un Cadre permanent de concertation ;

Saluant le renforcement du climat de confiance et le retour à la normalisation administrative, politique et sécuritaire suite à ces accords ;

Exprime son souhait que les opérations de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) puissent être rapidement conduites à terme ;

Demande au gouvernement ivoirien de tout mettre en œuvre pour respecter les dispositions et les délais prévus par les accords de paix en vue de l’organisation d’élections présidentielles et législatives libres, ouvertes et transparentes ;

Recommande à l’Organisation internationale de la Francophonie de poursuivre son soutien de la transition en cours en contribuant au renforcement des capacités des institutions liées au processus électoral.

- Liban : Condamner les attentats politiques et poursuivre le dialogue

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie :

Condamnant fermement l’attentat commis à Beyrouth le 25 janvier et tous les actes d’agression perpétrés au Liban contre les populations civiles ;

Rappelant sa condamnation de tous les attentats politiques commis au Liban, et notamment les assassinats des députés Gebrane Tueni, Pierre Gemayel, Walid Eido et Antoine Ghanem, et du Général François El-Hajj, tout en réitérant ses sincères condoléances à leurs proches ainsi qu’au peuple libanais ;

S’inquiétant de la crise actuelle qui paralyse les institutions politiques du Liban ;

Prenant acte de la médiation entreprise par la Ligue arabe ;

Rappelle son exigence que l’indépendance et l’intégrité territoriale du Liban soient respectées et condamne toute agression contre ce pays et l’utilisation de son territoire comme théâtre de confrontations d’intérêts extérieurs ;

Appuie l’instauration du Tribunal spécial à caractère international destiné à juger les auteurs de l’assassinat de Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais, tué le 14 février 2005 à Beyrouth, et demande également que soit diligentée une enquête sur les assassinats des députés ;

Soutient la médiation de la Ligue arabe et le plan de travail proposé devant permettre l’élection d’un Président, la formation d’un gouvernement d’unité nationale et la mise au point d’une nouvelle loi électorale ;

Exprime sa solidarité au peuple et aux parlementaires libanais.

- Crise du Darfour : Imposer un dialogue politique régional

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie :

Considérant que la situation au Darfour a des répercussions sur l’ensemble des pays de la région, notamment au Tchad et en République centrafricaine ;

S’inquiétant de l’insécurité croissante en territoire centrafricain et des combats menés à l’est du Tchad ;

Rappelant l’obligation pour chaque Etat de protéger les populations civiles vivant sur son territoire, conformément aux principes adoptés par la Francophonie lors de la Conférence de Saint-Boniface (Canada) et lors du Sommet de Bucarest ;

Prenant acte du déploiement de l’opération hybride Union africaine / Nations Unies au Darfour et d’une force européenne militaro-humanitaire Eufor au Tchad et en Centrafrique ;

S’indigne de la situation humanitaire des populations civiles déplacées et réfugiées, et condamne les affrontements violents à la frontière du Tchad, de la République centrafricaine et du Soudan où plusieurs groupes rebelles sont actifs, alors que la région accueille de nombreux réfugiés ayant fui la guerre civile qui déchire le Darfour ;

Condamne toute tentative de déstabilisation du Tchad et de la République centrafricaine et de leurs institutions ;

Recommande à l’Organisation internationale de la Francophonie d’inscrire la situation du Darfour, du Tchad et de la République centrafricaine à l’ordre du jour des prochaines sessions ordinaires du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), conformément aux modalités de mise en œuvre de la Déclaration de Bamako, afin de faire le bilan des dernières démarches concrètes entreprises par les Etats membres ;

Propose à l’Organisation internationale de la Francophonie d’organiser une mission d’évaluation, dans le cadre de l’observation permanente de la démocratie et des droits de l’Homme, afin d’examiner avec la plus grande attention la situation qui prévaut à la frontière entre le Tchad, la République centrafricaine et le Soudan ;

Exhorte la communauté internationale et les organisations régionales à imposer un dialogue politique entre les Etats de la région afin de trouver une issue pacifique à la crise du Darfour.

- Situation à l’Est de la République démocratique du Congo : intensifier le désarmement et la démobilisation des belligérants

Le Bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie :

Prenant acte des engagements pris à Nairobi sur le rapatriement des combattants étrangers à l’est de la RDC ;

Saluant les conclusions de la Conférence de Goma sur la paix, la sécurité et le développement dans le Nord et le Sud Kivu et la signature d’un accord de paix, l’Acte d’engagement, entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et les groupes armés aux Kivus, se traduisant notamment par la cessation des hostilités sur toute l’étendue des deux provinces ;

Saluant les efforts des différents pays membre de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs en vue de trouver des solutions durables aux enjeux liés à la paix, à la sécurité, à la stabilité et au développement dans la région ;

Encourage toutes les mesures de nature à garantir le désengagement des troupes, la réforme de l’armée et le désarmement, la démobilisation, et la réinsertion des combattants ;

Rappelle sa ferme condamnation de tous les actes d’agression perpétrés contre les populations civiles ;

Exhorte les pays de la région à instaurer des conditions favorables au retour volontaire des réfugiés et des ex-combattants et à poursuivre leur coopération en vue de mettre un terme aux activités de groupes armés illégaux ;

Invite la communauté internationale, y compris les institutions financières internationales, à appuyer les initiatives de consolidation de la paix et de développement requises pour parvenir à une stabilité durable dans les pays de la région des Grands Lacs ;

Recommande au Secrétaire général de la Francophonie d’intensifier la présence de la Francophonie en République démocratique du Congo et dans la région des Grands lacs, et de veiller à l’impliquer dans les prochaines étapes de la consolidation des institutions ;

Rappelle son engagement à appuyer le cas échéant le Parlement de la République démocratique du Congo, notamment grâce à la réalisation de programmes de coopération interparlementaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer