Actualités

  • Accueil
  • Actualités
  • Actualités
  • Déclaration du Président de l'APF, Paul E. McIntyre, devant le Sénat du Canada à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie

Déclaration du Président de l'APF, Paul E. McIntyre, devant le Sénat du Canada à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie

17 mars 2015

LE SÉNAT

Le jeudi 12 mars 2015

DÉCLARATIONS DE SÉNATEURS

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie

L’honorable Paul E. McIntyre : Honorables sénateurs, à l’approche du 20 mars, Journée internationale de la Francophonie, c’est un plaisir pour moi, à titre de président international de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, de prendre la parole.

L’APF a été créée en 1967, et le Canada en est l’un des membres fondateurs. L’APF est présente dans quatre continents : en Afrique, en Amérique, en Asie-Pacifique et en Europe. Sise à Paris, elle compte 50 sections membres, 15 sections associées et 16 sections observatrices.

L’APF est une assemblée qui cherche à promouvoir, entre autres, le rayonnement de la langue française, la démocratie, l’État de droit, la bonne gouvernance et les droits de la personne. L’APF est un important forum de discussion et d’échange pour les parlementaires.

Ses travaux se déroulent au sein des instances suivantes : l’Assemblée plénière, qui a lieu une fois par année, le Bureau, qui est le comité directeur de l’APF, les commissions permanentes des affaires parlementaires, de la coopération et du développement, de l’éducation, de la communication et des affaires culturelles et, finalement, la commission politique. Il y a également le Réseau des femmes parlementaires, le Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/sida, le paludisme (ou malaria) et la tuberculose, sans oublier les assemblées régionales.

Fait très important, et c’est ce qui fait d’elle une association de premier plan, l’APF est l’assemblée consultative de la Francophonie. La Francophonie, c’est 220 millions de personnes qui parlent français dans le monde. L’APF est également un regroupement de parlementaires, mais il existe une autre organisation, l’OIF, l’Organisation internationale de la Francophonie, qui regroupe des États et des gouvernements membres.

Chose certaine, les objectifs de l’APF se marient bien à ceux de l’OIF. Comme je l’ai dit à Dakar dans le cadre du Sommet de la Francophonie, en novembre dernier :

[...] Nous ne saurions trouver une paix durable en ne recherchant que des moyens d’éviter la guerre ou de résoudre les conflits, car la paix durable, elle se trouve avant tout sur les bancs d’école, dans les lycées, les collèges, les universités, le savoir, la culture, les sciences et la littérature. Voilà les plus grands apôtres de la paix.

Je terminerai sur les sages et belles paroles d’une illustre Acadienne, Antonine Maillet, qui s’est exprimée ainsi, et je cite :

La francophonie présente un visage aux multiples facettes, qu’elle soit haïtienne, québécoise, africaine, acadienne, qui sont les unes, les autres toutes aussi essentielles que le sont chacune des notes de musique qui composent une symphonie.

Honorables sénateurs, il n’en tient maintenant qu’à nous de composer cette symphonie.

Des voix : Bravo !

Retrouvez la déclaration du Président Paul E. McIntyre sur le site du parlement du Canada.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer