Instances

Débat général. Contribution de la section de la Roumanie

Sous- thème 2 : Egal accès aux TIC pour une Francophonie solidaire et efficace

Contribution de M. Georgica Severin, sénateur
Membre de la Section roumaine de l’APF

Compte tenu de la complexité du sujet et de l’interdépendance entre les deux sousthèmes
proposés, permettez-moi d’être plutôt pragmatique et de vous donner
quelques repères sur trois projets que je considère comme les plus représentatifs et
innovants en ce qui concerne la contribution du trinôme éducation - TIC - langue
française à l’édification d’une société de l’information vraiment inclusive et efficace
en Roumanie et en autres pays de l’espace francophone.

Tout d’abord, il faut souligner que l’intégration des TIC dans l’enseignement se
trouve parmi les engagements à long terme des autorités roumaines. Notre Système
éducationnel informatisé (SEI) [1] - initié depuis 2001 -, a été récompensé dans les
plus prestigieuses compétitions internationales dans le domaine de l’éducation [2].
Après onze ans depuis son début, le SEI a plus 4 millions de bénéficiaires au niveau
national [3] et continue de se développer.

C’est donc dans cette perspective que le XI - e Sommet de la Francophonie que la
Roumanie a accueilli à Bucarest, en septembre 2006, a été principalement consacré
aux technologies de l’information dans l’éducation. En déclarant leur volonté de
contribuer afin de « réduire la fracture numérique qui sépare les pays du Nord et du
Sud » les chefs d’Etat et de gouvernement ont exprimé leur adhésion à l’initiative
roumaine « de mettre en place, sur ses fonds propres et en concertation avec
l’AUF, une Université francophone d’Europe centrale et orientale visant,
notamment grâce aux ressources numériques, la mise en réseau des
établissements universitaires de la région et favorisant les échanges avec les pays
du Sud ».[Article 35 de la Déclaration de Bucarest.
http://www.francophonie.org/IMG/pdf/Declaration_SOM_XI_29092006.pdf
A voir aussi l’Avis de l’APF http://apf.francophonie.org/IMG/pdf/Avis_Plaquette_2006-
2.pdf
]

I. C’était le moment quand le premier projet que je voudrais vous présenter, le
programme de Bourses « Eugen Ionescu » a vu la lumière du jour.

Dés le début, ce projet - financé par la Roumanie 5, géré par le Ministère roumain des
Affaires étrangères et coordonné par l’Agence Universitaire de la Francophonie -, a
remporté un vif succès.

Les bourses « Eugen Ionescu » permettent aux chercheurs et doctorants issus des pays
membres et observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie6 de
bénéficier d’un stage de 3 mois, au minimum, à 10 mois, au maximum, dans plus de
20 institutions roumaines d’enseignement supérieur, reconnues pour leur excellence
dans des domaines des plus divers.

Il faut souligner ici que l’attribution des bourses observe, en même temps, le critère
de la qualité scientifique et l’opportunité de la candidature pour le développement de
la région d’origine du candidat.

Cette année nous avons compté cinq promotions de boursiers « Eugen Ionescu »
totalisant 337 doctorants et chercheurs - provenant, en spécial, des pays du sud de la
francophonie [4] -, qui ont bénéficié de ce programme.

II. Le deuxième programme que je voudrais mentionner ici, c’est le
Programme PROFIL-FLE

En avril 2012, le Ministère de l’Education, de la Recherche, de la Jeunesse et des
Sports (MECTS) et l’Ambassade de la France en Roumanie ont signé une
Convention pour la mise en oeuvre d’un programme de renouvellement de
l’enseignement /apprentissage du français dans le système éducatif roumain,
fondé sur les principes du Cadre européen commun de référence pour les langues
(CECRL).

Ce projet, à être implémenté jusqu’en 2015, couvrent plusieurs domaines dont je vais
mentionner ici : la promotion de l’enseignement du français dans le système éducatif
roumain ; l’harmonisation des programmes et des systèmes d’évaluation de
l’enseignement du français et la mise en place d’une stratégie commune de
formation continue des professeurs de français.

Dans ce contexte, il faut remarquer que le site des professeurs de français de
Roumanie VizaFLE [5], lancé en mars 2011, représente le principal outil de
communication du Programme PROFIL-FLE en promouvant les actions et les
bonnes pratiques développées dans les 15 départements pilotes établîtes pour la
première phase du Projet (2012-2013).

III. Et, en fin, le troisième projet dont je vais vous parler s’appelle « Formation
continue des enseignants pour l’utilisation des ressources informatiques
modernes dans l’enseignement efficace de la langue française et l’évaluation au
niveau européen des compétences linguistiques ».

Ce projet - cofinancé par le Fonds social européen [6] - a été lancé le février 2011 par
le Ministère de l’Education, de la Recherche, de la Jeunesse et des Sports, en
partenariat avec une société privée roumaine, et va couvrir une période de 30 mois.
Le groupe cible de ce projet comprend 4.500 professeurs de français [7] dont, très
important, 100 personnes sont préparés pour devenir à leur tour formateurs.
En espérant que j’ai réussi à susciter votre intérêt pour l’expertise et pour le potentiel
de coopération de la Roumanie en ce domaine, je vais finir en réitérant notre
détermination de continuer les efforts en plan national et international en faveur de la
démocratisation de l’accès aux nouvelles technologies pour une Francophonie
vraiment solidaire.

VOIR AUSSI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer