Actualités

Dakar, le 5 octobre 2013. Clôture de la 11e réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/Sida - La répression législative des comportements à risque nuit aux efforts de lutte contre le VIH/sida

8 octobre 2013

Plus d’une quarantaine de participants, provenant de 12 sections d’Afrique, d’Europe et d’Amérique de l’APF ont pris part à la 11e réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/sida, qui s’est déroulée à Dakar, les 3 et 4 octobre 2013, sous la présidence de M. Didier Berberat, conseiller aux États (Suisse).

Les participants se sont réunis à l’invitation du président de l’Assemblée nationale du Sénégal, M. Moustapha Niasse, que M. Berberat a très vivement remercié pour la qualité de l’organisation et pour le chaleureux accueil réservé aux membres du Réseau, tant par le Président, que par les parlementaires sénégalais et les Services de l’Assemblée nationale.

Cette réunion était la première du Réseau à laquelle prenait part le Dr Jacques Mokako, député (RDC), en sa qualité de rapporteur des questions liées au VIH/sida, désigné à cette fonction en juillet 2013. Dans sa communication initiale aux coordonnateurs nationaux réunis, il a rappelé que la prévention est le seul moyen efficace pour lutter contre la propagation du virus et il a déploré le niveau insuffisant de financement des stratégies de prévention fondamentales (tests de dépistage, utilisation généralisée de préservatifs, traitement de la femme enceinte, etc.).

Les représentants de l’ONUSIDA ont dressé le tableau de la pandémie, mettant l’accent sur les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, où, en dépit de progrès notables, une disparité continue d’exister entre pays francophones et anglophones. Par ailleurs, il est ressorti de l’exposé portant sur l’environnement législatif relatif au VIH/sida que toute pénalisation des groupes à risque constitue un frein à la prévention. En effet, la répression incite les personnes visées à la clandestinité, réduisant l’efficacité des campagnes de prévention ainsi que l’accès aux traitements et aux soins. Cette communication a mis l’accent sur la nécessité de la

lutte contre la discrimination et la stigmatisation ainsi que sur un meilleur accès aux soins. Pour sa part, le représentant du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose a expliqué qu’à la veille de la quatrième reconstitution de ses ressources, le Fonds a besoin de tous les appuis, spécialement celui des parlementaires, pour atteindre l’objectif de 15 milliards de dollars pour son programme des trois prochaines années.

Finalement, une présentation du partenariat Roll Back Malaria a incité les participants à envisager positivement l’extension du champ d’action du Réseau. Une réflexion sur l’ajout du paludisme et de la tuberculose au mandat premier du Réseau sera ainsi initiée et présentée aux instances de l’APF.

À l’initiative du nouveau coordonnateur national pour le Réseau au Sénégal, le député Samba Demba NDiaye, une visite d’une demi-journée a été organisée au Centre de traitement ambulatoire de l’hôpital de Fann et au Conseil national de lutte contre le sida.

- voir les documents de la réunion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer