Ressources

Cultivons la diversité !

Le 20 octobre 2005, l’UNESCO adoptait la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L’APF est engagée depuis le début dans ce combat, comme nous l’explique Jacques Legendre (*).

JPEG - 48.7 ko
Masque d’Océanie, instruments d’Afrique, APF©

En quoi la diversité culturelle est une question cruciale pour l’Assemblée parlementaire de la Francophonie ?

- Jacques Legendre : La défense du pluralisme culturel est de manière évidente au cœur de notre action, car les enjeux culturels, économiques, et, avouons-le, politiques sont immenses.

La Francophonie a structuré et renforcé ses interventions en faveur de la diversité culturelle. Avec l’UNESCO, nous poursuivons bien des objectifs communs. Je pense notamment à l’éducation pour tous. Et la convention de coopération que nous avons signée avec elle au mois de juillet dernier n’a fait que formaliser l’étroitesse des relations que nous avons tissées au cours du temps.

C’est grâce à cette convention qu’une délégation de notre Assemblée, composée de M. Jacques Chagnon (député, Québec) et de moi-même, a pu participer à la 33ème session de l’UNESCO. J’y ai publiquement rappelé nos convictions. La défense de la diversité culturelle s’oppose à une conception de la culture ravalant cette dernière à des logiques commerciales. Elle prend en compte sa dimension globale et stratégique : elle constitue donc un projet politique, sur lequel les parlementaires de l’espace francophone veulent faire entendre leur voix.

A quand remonte l’engagement de l’APF en faveur de ce thème ?

- Jacques Legendre : Déjà, dans une résolution adoptée lors de sa Session de Yaoundé (Cameroun) en 2000, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie avait recommandé au Sommet des chefs d’Etat « d’adopter le principe d’une convention internationale consacrée à la diversité culturelle au sein d’une instance spécifiquement préoccupée de la promotion de la culture ».

C’est avec une attention toute particulière que nous avons suivi, grâce notamment à notre commission de la culture et plus particulièrement son rapporteur M. Jacques Chagnon les discussions ayant conduit à l’élaboration de l’avant-projet de Convention sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques. Notre Session de juillet 2005 à Bruxelles a été le moment de réaffirmer notre appui à l’avant-projet de Convention issu de la réunion d’experts gouvernementaux à l’UNESCO en juin 2005. A cette occasion, nous avons demandé aux Etats membres d’adopter cette Convention lors de la 33ème session de la Conférence générale de l’UNESCO.

Qu’apporte réellement la contribution de l’APF à cette Convention ?

- Jacques Legendre : L’Assemblée parlementaire de la Francophonie s’est attachée à promouvoir une convention forte, confirmant clairement le droit des Etats de mettre en œuvre des politiques culturelles et non un texte aux vertus purement déclaratoires.

Elle a veillé à promouvoir un instrument d’une portée juridique au moins égale à celle des accords commerciaux et autres traités internationaux. Il était également important de définir un champ d’application clairement et strictement circonscrit aux expressions culturelles, de définir les droits et les obligations des Etats. Un mécanisme de suivi et de règlement des différends était pour nous indispensable, tout comme la création d’un cadre de coopération en faveur des pays en développement. L’Assemblée parlementaire de la Francophonie s’est maintenant engagée en faveur de sa ratification.

(*) Jacques Legendre, sénateur de la République française est le Secrétaire général parlementaire de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.


Les différentes étapes de l’élaboration de la Convention et de la participation de l’APF

1994 Vème Sommet de la Francophonie à Grande-Baie (Maurice).
Thème : “L’unité dans la diversité”
2000 Session de Yaoundé (Cameroun). L’APF apporte son soutien à l’affirmation qu’il est du droit de chaque peuple de préserver et de promouvoir la diversité culturelle et de s’assurer qu’aucune règle de libéralisation du commerce ne mette en péril sa capacité à promouvoir sa propre culture et sa propre identité. Elle propose d’adopter une convention.
2001 Conférence des ministres francophones de la culture à Cotonou (Bénin)
2002 IXème Sommet de la Francophonie à Beyrouth (Liban). Thème : “Le dialogue des cultures”
2004 Xème Sommet de la Francophonie à Ouagadougou (Burkina Faso). Les Chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie manifestent un engagement ferme et sans équivoque envers la diversité culturelle. L’APF adopte une résolution exhortant les Etats et les gouvernements membres de la Francophonie à s’abstenir de tout engagement de libéralisation à l’OMC en matière de biens et services culturels, et à honorer ce principe également dans le cadre des accords commerciaux bilatéraux et régionaux
20 octobre 2005 L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) adopte la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, lors de la 33ème session de sa Conférence générale

Voir aussi :
- l’Appel de Monaco
- Ratification de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer