Ressources

Canada

Sénat du Canada :

Bien que les sénateurs soient nommés et non élus, ils doivent tout de même satisfaire à certaines conditions constitutionnelles précises afin d’être considérés candidats au poste de sénateur et conserver leur siège au Sénat.

Le candidat doit avoir 30 ans révolu, être né au Canada ou avoir été naturalisé, posséder des bien-fonds d’une valeur de 4000$ en sus de dettes et obligations, avoir domicile dans la province pour laquelle il est nommé et, dans le cas du Québec, avoir un domicile ou posséder les bien-fonds requis dans le collège électoral pour lequel le sénateur est nommé. Tout candidat ne satisfaisant pas à ces conditions est inéligible au poste de sénateur.

D’autant plus, selon la loi constitutionnelle, pour garder sa position tout au long de son mandat, le sénateur ne peut s’absenter pendant deux sessions consécutives ; il ne doit pas prêter serment, souscrire une déclaration ou reconnaissance d’allégeance, d’obéissance ou d’attachement à une puissance étrangère, accomplir un acte qui le rendrait sujet ou citoyen, ou lui confèrerait les droits et les privilèges d’un sujet ou citoyen d’une puissance étrangère ; il ne doit pas être déclaré en état de banqueroute, de faillite, avoir recours au bénéfice d’une loi concernant les faillis, ou se rendre coupable de concussion ; il ne doit pas être atteint de trahison, convaincu de félonie ou d’un crime infamant ; il ne doit pas cesser de posséder la qualification reposant sur la propriété ou le domicile. Un sénateur ne sera cependant pas réputé avoir perdu la qualification reposant sur le domicile par le seul fait de sa résidence au siège du gouvernement du Canada pendant qu’il occupe sous ce gouvernement une charge qui y exige sa présence.

Chambre des communes :

L’article 3 de la Charte canadienne des droits et libertés précise que « Tout citoyen canadien a le droit de vote et est éligible aux élections législatives fédérales ou provinciales. » Le Registre national des électeurs et les listes électorales locales sont mis à jour sous la supervision du directeur général des élections.

La Loi électorale du Canada expose les qualités requises pour voter. Seuls les citoyens canadiens ayant atteint l’âge de dix-huit ans sont autorisés à voter aux élections fédérales. La loi définit également les catégories de personnes qui ne sont pas habilitées à voter, dont le directeur général des élections, le directeur général adjoint et les directeurs du scrutin (sauf en cas d’égalité des votes). Les tribunaux ont aussi établi des interdictions de longue durée visant les juges et les personnes ayant une déficience mentale.

Les conditions d’éligibilité et d’inéligibilité des candidats à une élection fédérale sont précisées dans la Loi électorale du Canada. Elles sont étroitement liées aux dispositions qui régissent le droit de vote. Sauf quelques exceptions, toute personne qui a le droit de vote peut aussi présenter sa candidature à une élection.

Voici les motifs actuels d’inéligibilité :
- Une personne trouvée coupable d’une manœuvre frauduleuse ou illégale ne peut se porter candidat à une élection au cours des cinq années qui suivent la date où elle a été reconnue coupable d’une telle pratique.
- Une personne est déchue de son droit d’être candidat si elle s’est portée candidat à une élection antérieure et qu’elle a négligé de produire un rapport du vérificateur ou un état des dépenses d’élection.
- Les shérifs, greffiers de la paix, procureurs de la Couronne de comtés ou de districts judiciaires sont aussi considérés comme des candidats inéligibles, tout comme les membres des assemblées législatives provinciales et des conseils territoriaux.